La détermination d’un regard : exposition à la Galerie d’art de l’Université de Sherbrooke

Exposition d’archives littéraires d’Anne Hébert et d’œuvres d’art d’Hector de Saint-Denys Garneau

Par Laurence Poulin

L’Université de Sherbrooke fête cette année le vingtième anniversaire de la création du Centre Anne-Hébert qui se trouve dans la Faculté des lettres et sciences humaines. L’année 2016 coïncide également avec le centenaire de la naissance d’Anne Hébert, en 1916. L’exposition présentée à la Galerie d'art permet donc de rendre un bel hommage à son œuvre.

Je me suis donc rendue à l’exposition ayant lieu dans le cadre du colloque international Anne Hébert, le centenaire afin d’en apprendre davantage sur cette femme, mais aussi sur ses écrits. L’exposition La détermination d’un regard placée sous le commissariat de Nathalie Watteyne et d’Annie Tanguay, avec la collaboration de Julie Fecteau, présente un choix d’archives littéraires d’Anne Hébert er d’œuvres d’art d’Hector Saint-Denys Garneau.

Anne Hébert est née à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, dans le comté de Portneuf. Elle est issue de familles qui ont joué un rôle important dans l’histoire du Québec. Elle est la fille aînée de Maurice-Lang Hébert, poète, fonctionnaire, critique littéraire de Québec et membre de la Société royale du Canada et de Marguerite Taché, membre de la lignée bourgeoise des Taché et d’une vieille famille de la noblesse seigneuriale, les Juchereau-Duchesnay.

L’œuvre d’Anne Hébert se partage en différents genres littéraires soit poèmes, contes et nouvelles, poèmes dramatiques, textes radiophoniques, téléthéâtre, commentaires et scénarios de films, pièces de théâtre, romans et récits. Hébert a été récipiendaire de plusieurs prix dont trois fois du prestigieux prix du Gouverneur général. Également, on lui a décerné dix doctorats honoris causa entre 1967 et 1995. Sa renommée est internationale. Ses œuvres sont étudiées, enseignées et traduites partout dans le monde.

On peut donc y voir plusieurs documents d’archives littéraires qui proviennent du fonds Anne Hébert de l’Université de Sherbrooke. On y retrouve également des manuscrits et dactylographies de l’auteure. On y voit aussi des photographies d’Anne Hébert, des affiches ainsi que certains de ses livres dont Kamouraska. S’y ajoute 25 tableaux du poète et peintre Saint-Denys Garneau qui proviennent de plusieurs collections privées et publiques.

Cette croisée entre l’art et la littérature est encore plus spécifique alors qu’Hector de Saint-Denys Garneau est le petit-cousin d’Anne Hébert. L’unique recueil de poèmes qu’il publiera de son vivant est Regards et jeux dans l’espace. On peut le retrouver dans les archives présentées dans l’exposition. Également, il se laissera grandement inspiré par les paysages de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier (d’où vient Anne Hébert), mais aussi de maisons, de lieux urbains et d’arrière-cours. Il mourra dans cette région à l’âge de 31 ans, dans des circonstances plutôt énigmatiques.

Somme toute, cette exposition offre une belle vue d’ensemble des œuvres et archives laissées par ces deux artistes de renom. C’est donc à voir du 7 juin au 7 août 2016 à la Galerie d’art du Centre culturel.

Horaire

Du mercredi au samedi, de 13 h à 16 h

Les soirs de spectacle du Centre culturel, de 18 h 30 à 21 h 30

Les dimanches de spectacle famille, de 13 h à 16 h


Partager cette publication