Devenir entrepreneur : quelques conseils d’experts

Par Sandrine Martineau-Pelletier


Le 22 septembre dernier avait lieu l’évènement Katalysis à Sherbrooke, pendant lequel plusieurs experts de la communauté entrepreneuriale se sont rassemblés. Le Collectif s’est entretenu avec trois d’entre eux afin de recueillir quelques conseils pour les étudiants souhaitant devenir entrepreneurs. Entrevue avec Susan Reid, Sylvain Carle et Shawn Young.

Les experts

Susan Reid est enseignante en marketing à l’Université Bishop’s et cofondatrice du Domaine Pinnacle, une compagnie spécialisée dans la fabrication de cidre de glace. Mme Reid ne jure que par la vision et la passion, ces deux sujets étant la base de tout entrepreneur accompli selon elle. Sylvain Carle est un associé chez Real Ventures, une entreprise qui accompagne les entrepreneurs dans leurs démarches. Il est convaincu que la technologie est un outil essentiel pour tout entrepreneur, ayant notamment travaillé auprès des développeurs de Twitter pendant deux ans. Finalement, Shawn Young est le cofondateur et le PDG de Classcraft, une plateforme interactive ayant pour but de ludifier le milieu scolaire.

Qu’est-ce que ça prend pour être un bon entrepreneur?

Les trois experts s’entendent sur un élément en particulier : en tant qu’entrepreneur, il ne faut jamais baisser les bras devant les obstacles et il faut savoir se retrousser les manches face aux échecs. Susan Reid met l’accent sur la vision, comme quoi il est très important pour un entrepreneur d’avoir une vision claire de ce qu’il veut accomplir, mais aussi sur la passion et la détermination de ce dernier face à son projet. Elle mentionne aussi qu’il est important de garder un équilibre entre le travail, la vie sociale et la vie personnelle, car être entrepreneur est tellement demandant qu’il est facile de s’isoler dans son projet.

Selon Sylvain Carle, il faut rester humble dans sa démarche de projet, mais être tout de même ambitieux. M. Carle pense qu’un bon entrepreneur se doit de voir grand et d’être capable de convaincre les gens de se joindre à son projet, car « le réseau est très important pour développer un projet, quel qu’il soit ». Shawn Young pense aussi qu’avoir un réseau est important, et il ajoute « [qu’]il est impossible de bâtir un projet seul, donc il faut bien s’entourer et prendre soin de son équipe ».

Quelles erreurs sont les plus fréquentes de la part des entrepreneurs, et comment peut-on les éviter?

Ne pas démarrer son projet par peur de l’inconnu est l’erreur la plus fréquente selon Susan Reid. Il faut avoir une vision claire de son idée et se lancer en affaires, tout en gardant en tête son objectif et en se remémorant pourquoi il est important pour soi d’accomplir ce projet.

Sylvain Carle abonde dans ce sens et ajoute qu’il ne faut pas avoir peur de parler de ses démarches, car valider son idée auprès des autres est très important. « Il faut être convaincu de son idée, mais tout de même rester ouvert à la critique. Steve Jobs n’a pas toujours été Steve Jobs », précise-t-il en expliquant qu’un projet entrepreneurial est toujours en dents de scie, et non linéaire.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaitent se lancer en affaires?

« Une carrière en entrepreneuriat est définie par la capacité du chargé de projet à apprendre par soi-même. Il faut s’intéresser à tout et être débrouillard », répond Shawn Young. Il ajoute aussi qu’il faut s’intéresser aux différentes sections qui permettent à l’entreprise d’effectuer ses opérations, telles que les ressources humaines, les finances, et tous les services connexes.

Sylvain Carle conseille aux étudiants de parler de leur idée à leur entourage et de s’allier avec leurs pairs pour démarrer leur projet. « Mettre en commun les expériences de tous et apprendre de celles-ci est toujours utile », ajoute-t-il. Susan Reid, pour sa part, conseille aux étudiants de faire une rétrospection pour visualiser ce qu’ils désirent avoir comme futur et s’aligner en conséquence.


Crédit Photo ©  Sherbrooke Innopole

Partager cette publication

1 comment

  1. JF Tardif 14 octobre 2017 at 17:33 Répondre

    On ne devient pas entrepreneur, on l’est tout simplement. On peut apprendre la comptabilité , le management, le marketing , la négociation , etc… mais à devenir entrepreneur, jamais. C’est comme le talent au hockey, en musique ou autres, tu peux t’entrainer 12 heures par jour à lancer des rondelles et patiner, jamais tu ne seras Gretzky, Lemieux ou Crosby . Et il n’y a qu’un Mozart.

Laisser une réponse