Par Christophe Lachance-Tardif

Après avoir représenté les Pays-Bas, sa contrée natale lors de la dernière Classique mondiale de baseball, Kalian Sams revient dans la Vieille Capitale fin prêt à attaquer la prochaine saison. Avec plusieurs nouveaux visages cette année dans l’organisation, le nouveau papa de 6 pieds 3 pouces sera un des leaders de cette équipe, déterminé à conduire les Capitales vers la terre promise.

Q : Comment as-tu apprécié l’expérience de participer à la dernière Classique mondiale de baseball?

KM : J’ai adoré ça! Ce fut fabuleux de jouer devant des milliers de personnes. C’est une excellente compétition de haut niveau composée des meilleurs joueurs du monde qui performent les uns contre les autres. Ce qui m’a surpris le plus, c’est de voir à quel point les joueurs sont passionnés de représenter leur pays natal. Je crois sincèrement que la Classique mondiale est la meilleure expérience possible de tout l’univers du baseball.

Q : Personnellement, que fut le moment le plus électrisant de cette Classique?

KM : Définitivement le coup de circuit que j’ai cogné contre Cuba. Nous avions une avance de 12 points, alors le circuit n’a pas eu beaucoup d’incidence sur le match. Mais je suis tout de même fier de ce moment. Je n’ai pas eu la chance de jouer beaucoup lors de la dernière Classique, mais lorsque j’ai eu une chance, j’ai bien performé.

Q : Grâce à la Classique, tu as eu l’occasion de côtoyer des joueurs de la MLB tels que Xander Bogaerts et Kenley Jansen. Que tires-tu de cette chance?

KM : Ce fut fabuleux d’être autour de ces joueurs. Ce sont des professionnels qui évoluent dans les grosses ligues, ils ont travaillé fort pour être au niveau où ils sont rendus. J’ai eu la chance de jouer avec eux depuis quelques années déjà, lors de l’édition 2013 de la Classique. Ils traitent tout le monde de façon égale et c’est formidable. Nous avons joué comme une vraie famille cette année et je crois que c’est pour ça que nous avons obtenu beaucoup de succès et que nous nous sommes rendus loin lors de ce tournoi.

Q : Le lanceur le plus coriace que tu as affronté durant la Classique?  

KM : Tous les lanceurs étaient solides, mais Kazuhisa Makita, le stopper de l’équipe du Japon fut le plus redoutable que j’ai affronté. Il lançait des balles sous-marines qui bifurquaient brusquement. Sa rapide était située à 85 MPH, mais elle avait tellement de mouvement qu’on aurait dit qu’elle s’élevait à 96 MPH.

Q : Karl Gélinas, toi-même et Yordan Manduley ferez partie des plus anciens joueurs de l’équipe cette saison, comment comptes-tu endosser le rôle de vétéran et de leader?

KM : Je me sens vieux tout à coup! Je ne suis pas habitué à ce titre, mais oui, je suis prêt à être un leader. Depuis le début du camp, j’ai rencontré beaucoup de jeunes joueurs ici et je suis prêt à aider n’importe qui de n’importe quelle façon. Que ce soit pour quelques conseils au bâton, sur le terrain en défensive ou sur le plan mental, je suis là pour eux! Si nous pouvons nous aider mutuellement en tant qu’équipe, on peut accomplir de grandes choses cette année. Je suis prêt pour le challenge!

Q : Quel aspect de ton jeu voudrais-tu améliorer cette saison?

KM : Je veux rester en santé tout au long de la saison pour ainsi jouer le plus de parties possible afin d’aider l’équipe. L’an dernier, j’ai été incommodé par quelques blessures qui m’ont fait manquer une bonne quantité de matchs. Cette année, je veux jouer toute la saison! Pour ce qui est des autres aspects de mon jeu, je veux continuer de faire ce que je fais depuis les dernières années. C’est-à-dire bien performer au bâton, en défensive et sur les sentiers.

Q : Quel a été l’impact de Jordan Lennerton sur l’équipe la saison dernière? Comment a-t-il transmis son expérience à l’endroit des plus jeunes?

KM : C’est un joueur qui a beaucoup d’expérience. J’étais heureux que l’équipe le signe l’an dernier et je suis ravi qu’il soit de retour cette année, c’est un bon morceau de notre organisation. Avec moi, Malo et Gélinas, c’était un des leaders de cette équipe, alors ce fut définitivement un plus de l’avoir dans notre alignement et dans le vestiaire. Il a fait un excellent travail à l’endroit des jeunes pour leur montrer la bonne manière de jouer au baseball et comment se comporter en tant que professionnel, autant sur le terrain qu’en dehors. C’est vraiment important, car encore une fois cette année, nous avons de nombreux jeunes qui en sont à leur début dans l’organisation des Capitales et qui n’ont pas nécessairement beaucoup d’expérience dans le baseball professionnel. Ils vont apprendre les petites choses qui font toute la différence à long terme.


Crédit Photo © Le soleil

 

Partager cette publication