Dossier spécial - Serrebrooke, bien plus qu’une simple serre

Campus-DossierSpecial-VanessaRacine-27nov-creditphotoSerrebrookePar Vanessa Racine

Un groupe d’étudiants a commencé à l’automne 2013 un projet plutôt ambitieux ! L’objectif du projet? Concevoir, construire et exploiter une serre solaire passive destinée à une production maraichère biologique sur le campus de l’Université de Sherbrooke. Ce projet vise à démontrer la faisabilité et la viabilité d’une construction respectant à la fois les normes du bâtiment et celles du développement durable, tout en étant autosuffisante sur le plan énergétique. En plus de toutes ses autres caractéristiques, la serre permettrait une production maraichère 365 jours par année.

Considérant le phénomène d’urbanisation grandissant qui apporte un lot de problématiques, ces étudiants souhaitaient trouver des solutions durables vivant en équilibre avec ce mode de vie. Le projet Serrebrooke est une de ces solutions. Plus qu’une simple serre, elle amorce de grands changements positifs sur plusieurs plans. En effet, Serrebrooke développe des pistes de solutions aux problèmes environnementaux et sociaux actuels. « L’agriculture urbaine est un concept récent et intéressant pour le futur, avec la population mondiale qui va augmenter considérablement dans les prochaines années », explique Mathieu Léger-Dalcourt, un des membres du comité exécutif de Serrebrooke.

Un plan d’action en trois phases

Pour permettre l’accomplissement du projet Serrebrooke, l’équipe a mis sur pied un plan d’action en trois phases. La première phase, qui est la phase en action actuellement, consiste en la conception de la serre solaire. La deuxième phase est la construction du bâtiment, qui pourrait se réaliser à l’automne 2015. La troisième et dernière phase sera l’exploitation de la serre. La production maraichère permettra de développer une expertise en agriculture urbaine. En plus, les ventes de la production assureront la rentabilité de la serre.

Plus qu’une serre

Le projet Serrebrooke est avant tout un projet humain qui allie plusieurs étudiants motivés et passionnés par le développement durable. De plus, la force de Serrebrooke réside dans sa capacité à réunir un groupe de travail multidisciplinaire provenant de l’Université de Sherbrooke. « On voulait décloisonner les savoirs de chaque faculté et créer une synergie entre elles, car il y a peu de projets multifacultaires ici », explique Olivier Ross, le trésorier de Serrebrooke. De cette façon, Serrebrooke est bien plus qu’une serre, c’est aussi un projet novateur qui réunit une grande population étudiante!

Un défi constant

Chaque projet à son lot d’embûches. Le plus grand défi de Serrebrooke a été les ressources humaines. « Le recrutement a été difficile, surtout à cause du régime coopératif, car les membres quittent pendant une session, donc il manque de constance, explique Mathieu Léger-Dalcourt. Par contre, il y a de bonnes motivations environnementales, ce qui va chercher les gens malgré le travail bénévole. Grâce à ce projet, les gens peuvent tirer des connaissances au niveau du ‘leadership’ et de la construction, et c’est une bonne façon de rajouter cette expérience sur un curriculum vitae, qui est la motivation de plusieurs ! » Prochainement, un autre défi fera son entrée : le financement. Au début de l’année 2015, l’équipe fera une campagne de financement pour le projet afin d’obtenir leur objectif de budget et pouvoir construire la serre d’ici la fin de l’année.

Une équipe bien définie Campus_Dossierspecial_vanessaracine_serrebrooke_27novembre_creditphotoserrebrooke

Pour l’instant composé d’une quarantaine de membres, le projet cherche à réunir des étudiants provenant de toutes les facultés de l’Université pour œuvrer dans les différents comités. En effet, une approche multidisciplinaire est favorisée lors de la réalisation du projet, comme mentionné plus haut. Cinq comités (affaires commerciales, affaires légales, affaires techniques (volet construction et aménagement) et affaires communicationnelles) ont des places disponibles pour les étudiants désireux de s’impliquer dans un projet qui servira aux générations futures!

Enfin, selon Mathieu Dalcourt-Léger, il faut plusieurs qualités essentielles pour embarquer dans un tel projet : « La principale qualité est la motivation et le goût de donner de son temps pour accomplir quelque chose de grand, tout ça mêlé à la persévérance et la passion. » Alors, chers étudiantes et étudiants, avez-vous ces qualités afin de vous joindre à cette équipe ambitieuse ?

Pour en apprendre davantage sur le projet, écrivez à coordo.serre@usherbrooke.ca ou consultez leur site Internet : http://serrebrooke.org/

BULLE INFORMATIVE :

Serrebrooke est présentement à la recherche de gens passionnés pour prendre part aux divers comités qui ont été formés pour conduire le nouveau projet de serre autosuffisante sur le campus de l’UdeS. Si vous êtes intéressés à joindre cette équipe, n’hésitez pas à les contacter !

 

Partager cette publication