Par Alexia LeBlanc

Les affaires semblent aller de bon train pour le quotidien La Tribune. Malgré les temps difficiles depuis le mois d’aout pour les médias régionaux, les dernières semaines ont été positives pour le journal sherbrookois, comme en témoignent les 2,5 M$ amassés jusqu’à présent.

Un grand espoir pour le projet de coopérative

Le 25 novembre dernier, les lecteurs du journal étaient invités à la microbrasserie le Siboire pour célébrer, entre autres, la décision du juge qui a entériné le projet de coopérative la même semaine.

Rappelons qu’au mois d’octobre, La Tribune avait lancé son projet de coopérative de solidarité en collaboration avec les employés des six quotidiens du Groupe Capitales Médias. Chacun des quotidiens avait lancé son projet et s’était fixé des objectifs financiers à atteindre afin que leur journal continue d’offrir de l’information de qualité. À Sherbrooke, le quotidien avait comme objectif d’amasser entre 1,5 M$ et 2 M$. Grâce à la générosité des lecteurs, mais aussi de plusieurs entreprises de la région, 2,5 M$ ont aujourd’hui été amassés en dons, en prêts, en investissements et en nouveaux revenus.

La journaliste et membre du comité de relance du journal, Mélanie Noël, a pu exprimer sa joie lors de cette soirée festive au Siboire. « On vient faire le plein d’amour et d’énergie pour les étapes qui s’en viennent, car ce n’est pas terminé », a-t-elle exprimé lors d’une entrevue avec La Tribune. « On dit merci à tout le monde qui nous soutient depuis le mois d’aout, moment où on avait appris que ça allait très mal pour les médias régionaux. Deux jours après la mauvaise nouvelle, on avait fait un 5 à 7 sous cette formule. On avait fait le plein d’amour; les gens nous avaient dit comment ils tenaient à leur information régionale et comment ils étaient attachés à leur journal. Ça nous a donné l’énergie de nous battre pour sauver [le journal] ».

En effet, les dons recueillis sont la preuve que nos médias écrits traditionnels sont encore importants pour plusieurs personnes. Ne plus avoir accès à nos informations régionales entraînerait des conséquences à plusieurs niveaux, et le soutient qu’a reçu le quotidien en Estrie démontre que les gens sont attachés à ces informations.

Un nouveau partenariat avec le café Hubert Saint-Jean

Les lecteurs et les employés du journal avait une autre raison de célébrer au Siboire. Le café sherbrookois très populaire Hubert Saint-Jean a maintenant sur ses tablettes une nouvelle sorte de café nommé « Café La Tribune ». Pour chaque sac vendu, 4 $ sont remis à la coopérative.

Le café est corsé, avec des touches de saveur de caramel, et peut être coulé en filtre ou en espresso. Il est possible de se le procurer au café même, au journal et dans plusieurs autres points de vente. Encore une fois, Mélanie Noël a exprimé son enthousiasme face à ce nouveau partenariat très original. Selon elle, cette association entre le journal et le café était « naturelle ».

Le copropriétaire du café, Marc-Antoine Crépeau, a expliqué au Collectif que « l’association entre le journal et notre entreprise était simplement parfaite. Quand on pense à quelqu’un qui lit le journal, on le voit en train de boire un bon café. C’était le match parfait et on est fier de pouvoir aider. » Il a également précisé que leur compagnie et le journal sont deux très vieilles entreprises et qu’il est donc important de se soutenir. Aussi, il a tenu à préciser que le café est vendu en sac de 450 grammes, mais qu’il est possible d’en commander en plus gros formats pour les entreprises. Le lancement du nouveau produit avait lieu dans les deux succursales d’Hubert Saint-Jean le 9 décembre dernier. Il est donc possible de se le procurer dès maintenant!

La soirée à la microbrasserie a donc permis au quotidien d’ici de célébrer toutes ces bonnes nouvelles, mais aussi de remercier les gens et les entreprises qui offrent leur appui depuis le mois d’aout. Louis-Éric Allard, membre du comité de relance du journal, avait déclaré en octobre dernier que « la crise actuelle et la crainte de voir disparaitre La Tribune ont fait prendre conscience à plusieurs de la valeur de leur quotidien. » Tous ces nouveaux projets en sont la preuve.

Un dossier à suivre en 2020

Depuis que le tribunal a approuvé le projet de coopérative des six journaux du Groupe, PricewaterhouseCoopers (PwC), le syndic pourra lancer les procédures afin qu’une réunion des créanciers du groupe ait lieu le 16 décembre prochain. Ces créanciers devront approuver le plan de restructuration et, s’il est effectivement approuvé, il devra être entériné le 18 décembre prochain.

Rappelons aussi que, dans le modèle proposé de coopérative, les employés deviendront propriétaires et ils devront donc trouver une nouvelle manière d’assurer le financement des journaux. L’aide de 5 M$ accordée par le gouvernement du Québec en aout dernier a d’ailleurs été dépensée. Au moins, jusqu’à présent, les revenus sont en hausse d’environ 1 M$ et les dépenses diminuent (notamment en raison des départs d’un certain nombre d’employés). C’est un dossier qui sera donc à suivre au cours du prochain mois.


Crédit Photo @ Alexia Leblanc

Archives

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *