Enriquez’Arte : communauté à cœur

Par Jasmine Godbout

C’est dans le quartier de Nou Barris, en périphérie de Barcelone, que se trouve le centre culturel communautaire Enriquez’Arte. Depuis 2017, la Casal de barri offre un lieu de rencontre où une équipe de plus de 15 bénévoles mène le projet. Le Collectif s’est entretenu avec Victor Pelletier, stagiaire à l’international, pour en apprendre davantage sur le centre et sur son expérience personnelle.

Maison de quartier et particularités

Le créateur du projet, Jean Ben Illouz, a eu l’idée d’implanter un centre rassembleur pour la communauté du quartier et de tout Barcelone. À présent, une vingtaine d’ateliers sont proposés selon divers domaines : sport, culture, bien-être, cuisine, langues, etc.

L’été, le centre accueille même trente enfants lors de son camp de jour, le Casal de verano. C’est sans compter les discussions, la location de salles et les événements spéciaux qui ont lieu de façon sporadique. Il y a de tout, pour tout le monde, tous les jours de la semaine.

Pour rendre le milieu plus animé et vivant, une quinzaine de bénévoles offrent leur temps. Ils sont responsables d’ateliers selon leurs intérêts et leurs compétences qu’ils partagent avec les visiteurs. Un roulement se fait par rapport à la durée de l’engagement de chacun.

L’un d’eux, Victor, est stagiaire «permanent» pour 3 mois et travaille 35 heures par semaine. Il explique que certains bénévoles comme les «solidaires» y viennent moins longtemps en échange d’un logement, d’un service de buanderie et de nourriture, ou d’autres, les «locaux», de temps en temps.

Même si le centre fonctionne assez bien ainsi, il reste que ce dernier n’est pas subventionné et que sur le plan financier, quelques défis sont encore à relever. Ce sont les participants qui font vivre le centre, donc «trouver des moyens de rejoindre davantage les gens pour garder une communauté active est essentiel», souligne Victor.

Expérience hors du commun

De son temps passé au centre, Victor retient qu’il a «enrichi [ses] connexions et [son] parcours universitaire en plus d’être ancré dans les réalités sociales.» Bien qu’il ne pense pas nécessairement faire une différence dans la vie des visiteurs, il est «heureux d’apporter [son] grain de sel dans le projet. C’est un quartier qui a besoin d’initiatives comme celles-ci, d’ouverture et d’acceptation, au-delà des différences et des difficultés.»

Le stagiaire conseille cette expérience professionnelle à ceux qui veulent sortir de leur quotidien et de la routine de l’offre du Canada, vivre en communauté et être dans un milieu flexible : «Ce sont les gens et les lieux colorés que j’aime le plus ici», complète-t-il. Travailler de manière alternative est possible entre liberté et variété; le tout s’accomplit de manière ludique.

D’ailleurs, il trouve agréable qu’une journée au centre ne soit jamais pareille : «Des équipes sont formées selon les tâches à accomplir. Ce peut être de s’occuper du centre et de garder le lieu propre, de cuisiner, de gérer les communications ou les ressources humaines ou même de faire quelques réparations.»

Témoignages

Anastasia, France

  • Quelle est la durée de ton séjour ?

Je suis ici depuis un mois, mais je compte y rester pour onze autres mois.

  • Parle-moi de ton expérience

J’apprécie l’accueil chaleureux que j’ai eu. Je prépare déjà un projet pour Noël et c’est génial que le centre offre des activités à petits prix!

  • Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Je dirais que ça m’apporte calme et sérénité grâce à la possibilité qu’on a de faire des ateliers de yoga et de méditation ensemble pratiquement tous les jours. Surtout, ça change du quotidien et de mon milieu habituel.

Salesa, Italie

  • Quelle est la durée de ton séjour ?

Je suis arrivé il y a seulement une semaine. Je ne connais pas encore la durée exacte de mon séjour, mais je pense rester au moins un mois, le temps de m’installer à Barcelone.

  • Parle-moi de ton expérience

Au départ, j’ai trouvé l’endroit grâce au site Worldpacker. Je trouve ça génial de pouvoir être dans un milieu ouvert et accueillant. J’adore le yoga et ça ressemble beaucoup à d’autres expériences d’aide communautaire que j’ai faites en Italie. J’aime bien donner un coup de main dans les différentes tâches à accomplir.

  • Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Je suis venu à Barcelone dans le but de m’y installer, mais les démarches sont un peu plus complexes que je pensais, question logement, emploi et tout. Le centre me permet de rencontrer des gens, de me créer un cercle social. C’est un bon passe-temps en attendant que mes plans se concrétisent.

Chiara, France

  • Quelle est la durée de ton séjour ?

Je suis arrivée exactement le 16 juillet. Wow, déjà quatre mois que je suis ici! Puis, je reste jusqu’en janvier.

  • Parle-moi de ton expérience

Honnêtement, je suis un peu déçue… Peut-être que j’aurais préféré quelque chose de plus stimulant et concret, comme de l’aide humanitaire. Il y a tout de même de bons côtés comme rencontrer des gens de partout et mon niveau d’espagnol s’est vraiment bonifié depuis le début, quand je galérais.

  • Pourquoi venir ici ?

Après ma licence en socio, je voulais voyager et j’en avais marre de la fac donc j’ai décidé de prendre une année pour faire autre chose. La possibilité de développer mes compétences artistiques et mon intérêt pour le bien-être m’ont attiré. Au début je voulais partir backpack en Amérique du Sud, mais les plans ont changé. Tout s’est fait vraiment vite avec le service civique français.

Site Web : http://enriquezarte.org/centro-cultural-barcelona/


Crédit Photo @ Jasmine Godbout

Partager cette publication

Laisser une réponse