Entrevue 2 pour 1 - Phil Roy et Guillaume Pineault (La suite)

Par Lydia Santos

Le rodage du premier one-man-show de l’humoriste Phil Roy sera de retour au Vieux Clocher de Magog les 11 et 12 novembre prochains! Guillaume Pineault, humoriste de la relève, assurera la première partie.

Qu’est-ce qui t’as poussé à changer de domaine?

Guillaume : « Ça m’a pris du temps honnêtement, mais je pense que je voulais juste pas décevoir mes parents… Ils m’ont payé mon [cours en] ergo, tout ça… […] J’ai travaillé de 2007 à 2011, pis là quand j’ai fait En route en 2011, je me suis dit "eille, j’aime ça!" Je l’ai refait l’autre année d’après et en 2013, j’ai fait "ah non là c’est fini" […] je ne veux plus travailler en ergo. J’ai fait un concours à Val-d’Or avec Phil, on a tout le temps été ensemble si on veut. Phil a gagné Val-d’Or, pas moi, mais j’étais là avec lui (rires). Je faisais ma formation en ostéo en même temps, donc je l’ai fini. Je suis entré en ostéo en 2009, l’année où j’ai été refusé à l’École de l’humour, j’avais trop de temps. Je ne pouvais pas juste travailler, je sortais de McGill, donc j’ai pris une autre formation. J’ai commencé à faire de l’humour parce que je trouvais que ça rejoignait plus de gens à la fois. C’est vraiment "cu-cul", mais je dis tout le temps ça en entrevue, mais tu fais du bien à une personne à la fois en ergo et en ostéo, mais en humour, tu fais rire tout le monde en même temps. »

« En tout, j’ai fait En route quatre fois. J’ai été demi-finaliste trois fois et finaliste cette année. Mais c’était un peu caché, […] c’était seulement sur Internet pour les abonnés d’En route sur Facebook. »

Le traditionnel « dans cinq ans »…

Phil : « Dans cinq ans, j’arrête tout ça pis je deviens ergothérapeute (rires). »

Guillaume : « D’ailleurs j’ai une thèse commencée… »

Phil: « Ah, good, je vais te la voler! (rires) »

Guillaume : « Je pense que c’est ça qui me rend vraiment heureux…je vois le build up… Je voyais l’humour et c’était quelque chose que je contemplais. De voir Phil au début, quand le spectacle durait quasiment 2 h 30 et qu’il rencontrait les writers, j’assistais à ces réunions-là et je voyais la formation d’un one-man-show. J’espère qu’un an ou deux après la tournée de Phil je vais travailler sur le mien. »

Phil : « Le but c’est de monter le plus haut possible en ayant une échelle solide pour ne pas tomber (rires). C’est d’y aller étape par étape. On dirait que plus tu gravis les échelons, moins t’es pressé d’arriver à la prochaine étape parce que tu veux faire le tour au complet du palier et te dire "ok, je suis encore dans la bonne voie". Il y a un an et demi, je t’aurais dis que c’était zéro ce que je voulais faire. Parce que je n’avais pas encore fait le tour. Je prône l’essai-erreur tant que t’es conscient et capable de t’avouer que tu fais une erreur ou que tu as réussi.»

Phil Roy, Découverte de l’année (2016)

Phil : « Ça m’a donné un push plus professionnel que personnel je dirais, parce que chanceux dans la malchance, je pense, dans le sens où Les Oliviers cette année c’était pas un gala le fun. C’était un bon gala, c’était drôle, on a ri, mais l’ambiance… Il y avait un éléphant dans la salle… Oui ça m’a donné un coup de pouce majeur professionnellement, parce qu’il y a eu deux fois plus de téléspectateurs que d’habitude et c’est là que j’ai gagné mon prix. Personnellement, c’est sûr que c’est le fun, mais je ne me lève pas tous les matins en me disant "Wow! Il est là". En vérité, il est dans une bibliothèque entre deux livres. »

Les défis de Phil Roy

Phil : « Il y en a un que je sais déjà, mais sinon ça vient au courant de l’année, quand il y a quelque chose que je veux essayer. Cette année, c’est d’apprendre à dessiner. Je ne sais pas dessiner, donc avant les shows, j’essaie le plus possible de faire des dessins. J’ouvre Google, et je tape "easy draw" (rires). J’en regarde deux ou trois et je fais un espèce de mixte. Il y a la lecture. Je trouve que je ne lis pas assez. Mon défi est de lire quatre vrais livres, des bonnes briques. À date je suis à deux… (rires) Peut-être un moment donné la musique, ça vaudrait la peine. On verra! »

Leur implication à VRAK

Depuis le 14 septembre 2016, nous pouvons voir les deux humoristes à la barre de ALT (actualité légèrement tordue) sur les ondes de VRAK.TV. Puis, en janvier, Code G, une réplique de Code F, fera son entrée sur le même canal.

Phil : « Les plus jeunes, je trouve que c’est un des meilleurs publics, parce qu’ils sont là pour longtemps. Ils grandissent avec toi, comme nous on a grandi en regardant Louis-José [Houde]. Il est chanceux de nous avoir pis on est chanceux de l’avoir. Ça peut être le fun si ça arrive que c’est nous les prochains à vivre ce trip-là avec une nouvelle génération. Je suis vraiment content. »

« Le show ne propose pas une manière de penser, mais en donne six ou sept différentes de voir un problème. C’est une émission de discussion. »

Guillaume : « Le concept de l’émission est différent de ce qu’on a connu quand on était jeunes. Ça va apporter l’actualité aux plus jeunes, mais de façon humoristique. Chaque chroniqueur amène sa couleur. En plus on amène chacun son sujet et les autres débattent s’ils sont en accord ou non. »

Phil : « Personne ne se dit "on va devenir des modèles". Ce serait plus si on se revoit dans un an et qu’on voit que le show a eu un impact et qu’il y a une deuxième saison. On ne peut pas prévoir […], le temps va nous le dire. »


Crédit photo © philroy.ca

Partager cette publication