Entrevue avec un maestro

Par Jade Bourgeois

Stéphane Laforest, chef d’orchestre et directeur artistique de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS), m’a ouvert la porte à une partie de son univers le temps d’un entretien très sympathique, grâce auquel j’ai pu en apprendre beaucoup sur son parcours, sur la musique classique et la place qu’elle a à Sherbrooke.

Dès son plus jeune âge, Stéphane Laforest caresse le rêve de devenir maestro, comme son grand-père. Il commence à l’âge de 4 ans à apprendre le violon, puis se tourne vers la clarinette à l’adolescence. Guidé par un amour de la musique, il joue dans des bands d’harmonie, dont un de jazz, puis enchaîne les succès avant d’aller étudier en direction artistique au conservatoire afin d’en faire une carrière. Depuis, maestro Laforest s’est illustré sur une multitude de scènes et dans un grand nombre de villes.

Quand je lui demande quel est son plus beau souvenir musical, monsieur Laforest ne sait quoi répondre. Il a vécu d’innombrables instants magiques auprès de tous les orchestres dont il a fait partie, que ce soit La Sinfonia de Lanaudière, qu’il a fondée, l’Orchestre d’Ottawa ou les spectacles qu’il a réalisés grâce aux Productions Stéphane Laforest. Cependant, l’un des moments les plus forts de sa carrière a été de jouer et de diriger en tant qu’assistant-chef de Kent Nagano, maestro de l’un des meilleurs orchestres au monde : l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM).

Bien que beaucoup croient au déclin de la musique classique, maestro Laforest est plutôt de l’avis contraire. D’ailleurs, la popularité de l’OSS lui rend bien raison. Depuis environ quatre ans, les concerts sont de plus en plus populaires et ne cessent de faire des adeptes. L’année passée, l’orchestre a joué à guichet fermé à la Salle Maurice O’Bready trois fois, en plus de compter 900 abonnés! Alors que les saisons comportent de huit à douze spectacles, monsieur Laforest aimerait faire grimper ce nombre à 15 ou 17, ce qu’il croit réalisable. En effet, les concerts rassemblent des publics de tous les horizons, allant des amoureux du classique aux jeunes familles qui assistent aux matinées pour enfants.

Pour attirer les foules et des clientèles nouvelles, le chef d’orchestre a plus d’un tour dans son sac. Les concerts qu’il dirige sont joués de façon professionnelle, mais il ne se gêne pas pour parler avant ou après les performances, tout en utilisant l’humour et le sport pour aller chercher l’intérêt de tous les spectateurs. Comme il le dit si bien : « il faut faire les choses sérieusement, mais sans se prendre au sérieux! »

Le 5 novembre prochain, l’OSS présente Rachmaninov, un concert dédié à trois grands compositeurs russes : Tchaïkovski, Koussevitski et Rachmaninov. En plus des musiciens habituels de l’Orchestre, le public aura la chance de voir le célèbre contrebassiste Joel Quarrington, l’un des grands noms de la musique classique internationale. Aux étudiants sceptiques, Stéphane Laforest promet une soirée divertissante, enrichissante et humaine, tout ça pour une somme modique.


Crédit photo © CommuniqueOSS

Partager cette publication