Par Gabrielle Beaudry

Dernièrement, j’ai eu la chance de m’entretenir avec la charmante Stéphanie Dubreuil, copropriétaire de la boutique Kitsch à Sherbrooke. Kitsch s’est imposé comme destination incontournable de la mode en Estrie au fil des dernières années. Entre vous et moi, il est difficile de résister à la tentation lorsqu’on est au centro, même si ce n’est que pour aller zieuter…

Comment la boutique Kitsch est-elle née?

«Jessika et moi étudiions en commercialisation de la mode au Séminaire de Sherbrooke. Nous devions réaliser un projet de fin d’études et Kitsch est né pendant ce projet. Nous voulions offrir une boutique unique aux jeunes femmes de Sherbrooke, puisque dans notre temps, toutes les filles étaient habillées de la même façon. S’il y avait un beau chandail chez H&M, tout le monde l’avait en classe (rires). Lors de la présentation du projet à un jury, nous avons eu d’excellents commentaires, et nous avons notamment gagné le prix « coup de cœur ». C’est une année et demi plus tard qu’on s’est dit qu’on n’avait rien à perdre et qu’on s’est lancé. Nous voici six ans plus tard… »

Selon toi, quel est le secret derrière le grand succès de la boutique?

« C’est l’expérience client. C’était super important pour nous d’offrir un produit différent, mais surtout une expérience hors du commun. On a instauré une ambiance cozy avec les clientes, qui nous donnent envie de passer plus que deux minutes avec elles. Fait cocasse : ça fait deux semaines que je reçois plusieurs messages de clientes, qui sont devenues des amies avec le temps, qui m’écrivent tout simplement pour me donner des nouvelles. Ça me fait capoter de voir à quel point les filles sont reconnaissantes! Parfois, ça me donne envie de pleurer tellement que ces messages sont touchants.»

À quoi ressemble une semaine dans ta vie?

« Jess et moi travaillons quatre jours par semaine sur la boutique. Cette semaine, j’ai été deux jours sur le plancher. Sinon, j’ai une ligne de vêtements avec mon amoureux, qui s’appelle Daily Story et qui est 100 % faite à Montréal, qui se vend en ligne, en boutique et dans douze autres succursales au Québec. Jess, quant à elle, est propriétaire de la boutique L’Office pour hommes tout près de Kitsch. Nos autres projets personnels nous permettent de nous réaliser individuellement et nous rappellent à quel point nous sommes chanceuses de pouvoir compter l’une sur l’autre. »

Quelle place occupent les réseaux sociaux dans le rayonnement de la boutique?

« C’est drôle que tu me poses cette question-là, parce qu’en fin de semaine j’ai partagé trois photos sur Instagram et lorsque je suis rentrée à la boutique lundi, tous les morceaux étaient sold out. C’est fou! Nous n’avons plus le choix d’utiliser les réseaux sociaux pour mettre en valeur nos produits, puisque l’entièreté de notre clientèle cible s’y trouve. Bref, selon moi, dans notre business, si tu n’es pas actif sur Instagram ou Facebook, tu n’es simplement pas dans la game. »

Puis finalement une question un peu plus girly : si tu devais choisir un ensemble à porter chaque jour pour le reste de ta vie, quel serait-il?

Une veste de cuir Minimum que j’ai achetée l’an dernier. Je l’aime tellement que je pourrais sûrement vivre avec elle pour le reste de ma vie. Sinon, une paire de jeans, un t-shirt blanc et une paire de Nike. Dans le fond, je suis vraiment plate (rires).

Bref, allez faire un tour en boutique pour vous rincer l’œil et surtout pour rencontrer les charmantes propriétaires. Qui sait, votre expérience se finira peut-être comme la mienne; en partageant une tranche de vie, sur le coin d’un divan rose vintage


Crédit photo © Boutique Kitsch

Partager cette publication