Épopée grandiose loin d’une planète décimée

WEB-culture-Intersellar-AlexandreBlanchardL’habileté indubitable des frères Nolan à concevoir des scénarios complexes qui nous tiennent en haleine paie encore ses dividendes avec Interstellar : une œuvre qui brille puissamment à l’instar d’une étoile lors d’une sombre soirée.

Par Alexandre Blanchard

Intersellar met en scène une planète Terre affligée, en proie à une pénurie de ressources et à une panoplie d’événements désastreux. Bientôt, elle ne sera plus du tout habitable. L’histoire met l’accent sur Cooper (Matthew McConaughey), un ancien pilote de la Nasa recyclé en fermier pour les besoins de la cause, et de sa petite famille composée de son père Donald (John Lithgow), de son fils ainé Tom (Casey Affleck) et de sa petite fille Murphy (Jessica Chastain). Cette dernière part avec son père à la recherche d’un lieu pointé par des coordonnées qui leur sont apparues de façon mystérieuse et hasardeuse.

Le voyage les mène tout droit à la Nasa ou Cooper est rapidement introduit à un projet qui consiste à sauver l’humanité en allant explorer une autre galaxie par le biais d’un trou de ver aux abords de la planète Saturne. Il s’agit de trouver l’astre idéal pour y déménager la race humaine. Compliqué? Ce n’est que le début! Mais c’est bien là où réside tout le plaisir.

Bien que parfois difficile à suivre, car très technique par moments, le scénario du film s’avère tout simplement grandiose. Riches en rebondissements en tout genre (certains assez prévisibles pour les amateurs du genre science-fiction), et ce, jusqu’à la toute fin, Nolan, grâce à des jeux de caméras habiles, nous tient rivés à notre chaise tout au long des 169 minutes.

D’ailleurs, toute l’énergie a visiblement été déployée pour ce faire, en passant par la musique grandiloquente de Hans Zimmer, l’aspect sonore recherché et abouti et le jeu sublime des acteurs. Anne Hathaway et Matthew McConaughey se révèlent superbes, certes, mais c’est aussi le cas de tous les acteurs de soutien tel que Michael Caine, Wes Bentley, Casey Affleck, Jessica Chastain, etc. Cette brillante formule contribue à forger une expérience cinématographique tout simplement inoubliable.

Comme si ce n’était pas déjà assez, l’œuvre porte en son sein une puissante morale, ou enfin, une profonde pensée philosophique sur le triste sort d’une race qui est prête à tout pour ne pas s’éteindre. Des segments sincèrement touchants viennent ponctuer cette douce réflexion. Les moments où la désolation de plus en plus sévère de la planète Terre alterne avec la beauté sauvage des astres de la nouvelle galaxie sont à couper le souffle. Bien des moments dans le film nous permettent de laisser vagabonder notre esprit dans les méandres de cet univers créé par Nolan.

Malgré quelques petits accrocs comme des incohérences et des inconsistances dans le scénario, des musiques parfois mal placées ainsi que certaines longueurs surtout concernant les dialogues (quoique fichtrement bien écrits) qui pourraient en rebuter plus d’un, Interstellar frappe fort et nous place réellement la tête entre les étoiles pendant l’instant d’une soirée, tout en s’arrogeant une place dans les hauts faits de la carrière de Christopher Nolan. Un film à voir absolument : vous ne serez pas déçu.

6.6\7

Partager cette publication