Et que ça swing!

Par Audrey Bacon-Giffard

Le 30 mars dernier à La Petite Boîte Noire se tenait une soirée spéciale swing, une collaboration de L’École de musique de l’Université de Sherbrooke et de l’école de danse Swing Sherbrooke. Le spectacle était précédé d’une initiation au swing pour tous ceux qui désiraient y participer. Les conditions étaient idéales pour pouvoir se laisser transporter dans une autre époque… ou deux ou trois!

Le swing, c’est avant tout la manière d’être du jazz; c’est se balancer dans l’espace. Entre 1920 et 1940, le genre en est à ses débuts, l’époque est aux Big Bands. Ceux-ci produisent une musique qui se caractérise par la danse du même nom que leur musique. Après la grande dépression, les gens avaient besoin de se divertir et de profiter de la vie, et quoi de mieux pour ce faire que par la musique et la danse? Ces derniers sont étroitement liés durant ces années et évoluent ensemble. Le côté rebondissant du jazz swing influence les pas des danseurs : ce mariage est fougueux de par son énergie débordante et sa légère touche de folie.

Le grand talent des enseignants et étudiants de première année du cours Écriture musicale du monde a su nous faire traverser les époques. Avec comme thématique la musique des années 1970 et 1980, les arrangements adaptés à un ensemble jazz swing faisaient vibrer la salle entière. Le public s’amusait à reconnaître ses classiques, tout en se laissant pleinement porter par les airs de l’avant-guerre. Il y en avait certainement pour tous les goûts. Les musiciens ont offert une performance passionnée et entraînante, guidant les danseurs avec rythme et plaisir.

La présence d’une quantité impressionnante de danseurs a décidément changé la donne. L’ambiance était survoltée et le plancher de danse plein à craquer. Tout ce beau monde fit monter considérablement la température de LPBN, au point où plusieurs firent des allers-retours dehors pour se rafraîchir entre deux danses! Le Lindy Hop côtoyait le Rockabilly Jive et le West Coast, suivant le rythme de la musique.

La soirée fut sans contredit une flamboyante réussite, où une énergie électrique et une pure joie se côtoyèrent. Si le temps est, comme certains le prétendent, non linéaire, cet événement en était un des meilleurs exemples; plusieurs décennies se superposant les unes aux autres pour former un tout inouï et fabuleux.

Pour tous ceux qui désirent se laisser de nouveau bondir et tourner, le Refuge des Brasseurs organise une soirée de Rockabilly Jive tous les lundis à 20 h et le Boquébière, en association avec Swing Sherbrooke, en organise une tous les mardis, également dès 20 h, cette fois-ci pour tous genres confondus. Pour sa part, l’École de musique a également organisé une soirée salsa le 8 avril dernier à La Toque Rouge, en collaboration avec le Tango Salsa Club, et offrira de nombreux concerts rythmés dans le futur!


Crédit photo © École de Musique

Laisser une réponse