Et si on réapprenait à vivre avec l’erreur humaine

Par Sébastien Binet

.

Certains sports professionnels ont vu apparaître un nouveau règlement qui permet aux entraîneurs des équipes sportives d’utiliser une opportunité d’aller à la reprise vidéo pour renverser une situation de jeu controversé. Que ce soit un touché au football, un but au hockey ou bien un retrait serré au baseball, aucune raison n’est mauvaise de faire revoir la situation pour favoriser son équipe. Les dirigeants n’avaient toutefois pas prévu que ces règlements pourraient bien rapidement être utilisés à d’autres fins que la simple révision. 

.

La reprise vidéo: l’ange ou le démon?

Comme beaucoup de personnes le savent, le momentum est très important dans pratiquement tous les sports du monde entier. Que ce soit au soccer ou au curling, ce phénomène de motivation semble donner des ailes à n’importe quel sportif lorsqu’il se sent sur une bonne lancée. C’est aussi ce que tout bon entraîneur tente de donner à son équipe ou simplement retirer à l’équipe adverse. Le problème vient en fait du hockey particulièrement puisque des entraîneurs de la LNH ont commencé à utiliser la technique comme on utilise un temps mort. Ils font réviser un jeu qui ne semble pas du tout problématique et comme cela prend plusieurs minutes pour réviser le tout, du repos est donné aux joueurs fatigués. Malheureusement, une situation qui se veut dans l’optique d’améliorer le sport et réduire l’impact de l’erreur humaine est maintenant utilisée comme une stratégie pour contrer les moments forts de l’équipe adverse. La reprise vidéo peut maintenant être utilisée comme un outil.

.

Une stratégie qui fait mal paraître la technologie

Certains crient au scandale, d’autres considèrent que c’est simplement une manière de s’adapter au jeu tel qu’il évolue. Il reste que ces entraîneurs n’ont pas tort puisque ce n’est pas toutes les joutes qui nécessitent une révision d’un jeu serré. L’utilisation de la reprise en fin de partie peut donc s’avérer un avantage pour reposer ses joueurs ou protéger une avance quand l’autre équipe semble très menaçante. Il y a toutefois un autre acteur dans l’histoire qui ne s’est pas encore manifesté dans la situation et c’est la ligue de hockey. Depuis plusieurs années, ils doivent jongler avec le fait que les stratégies deviennent bien meilleures qu’avant et les parties comportent beaucoup moins de buts qu’il y a 30 ans. Les partisans aiment les buts et la ligue veut absolument préserver le spectacle. Vont-ils bouger? Difficile de prévoir.

La reprise vidéo du hockey est assez critiquée pour l’aspect du momentum, mais c’est aussi un facteur qui allonge drastiquement la durée des parties. Les jeux serrés demandent parfois une très longue période de délibération puisque les caméras ne peuvent pas toujours donner un rendu hors de tout doute. Plusieurs minutes de révision à plusieurs moments dans une partie contribuent largement à rendre le visionnement d’un match sportif parfois long et pénible. Avec un problème comme celui-ci, tout porte à croire que finalement la technologie n’est peut-être pas la solution à tous les problèmes du quotidien.


© abc.sports

Pour lire l'éditorial de Sébastien Binet de la présente édition, cliquez-ici.

Partager cette publication