Par Lydia Santos

Vous ne le connaissez peut-être pas, mais vous lui avez sans doute déjà demandé conseil. David Lessard-Gagnon occupe le poste de libraire à la Coop du Campus principal de l’Université de Sherbrooke. Voici donc un article qui vous en apprendra davantage sur sa fonction parfois méconnue.

Depuis maintenant quatre ans, David est libraire à temps plein. La ferveur résonne dans sa voix. Ça paraît qu’il adore ce qu’il fait! David est bachelier en littérature, ce qui peut favoriser une connaissance approfondie du domaine. Il m’apprend qu’aucun parcours d’études particulier n’est requis pour faire ce métier. « Tant que l’amour du livre et la passion pour la littérature de tout genre sont présents, c’est un bon départ », affirme David. « Certaines librairies sont plus spécialisées dans un champ de littérature, mais ici, on a de tout. Du livre pour enfant aux textes anciens. »

La différence entre un libraire indépendant et un libraire de campus est, selon lui, qu’il y a une fibre de commerce sur le campus, ce qu’il apprécie. « Il y a les livres, oui, mais la Coop reste un commerce puisqu’on y vend d’autres articles. Un avantage d’être sur un campus est que la clientèle principale est motivée, intéressée et curieuse. Cela me demande donc de rester à l’affût des nouveautés et des nouvelles demandes. »

La mission de David est de guider les clients dans leur quête. Où est le livre obligatoire? Où se cache le nouveau roman qui fait sensation? Une quantité est insuffisante… Pas de panique, David est là!

En ce qui concerne le choix des livres obligatoires pour les programmes universitaires, David n’a pas de pouvoir. Il intervient davantage comme exécuteur des commandes : Quels titres? Quelle quantité? Pour quelle date? Cependant, en tant que libraire, David a un rôle pédagogique. Il peut épauler un étudiant qui cherche une lecture complémentaire. « À force de voir les livres commandés par les professeurs, je remarque ceux qui reviennent, les classiques et les nouveautés. Parfois, certains d’entre eux m’aident à bâtir une sélection. Je peux donc cibler des choix portant sur le programme de l’étudiant. »

Pour la relève, David recommande qu’elle soit curieuse, qu’elle jette ses œillères. « Libraire n’est pas être qu’un “simple” commis : c’est un métier. Un métier de passion. Les conditions et le salaire ne sont pas à tout casser, mais quelqu’un qui a cette flamme et qui veut vraiment n’a qu’à s’y accrocher, il est déjà bien parti. »


Partager cette publication