Être une « Color Runner » le temps d’un 5 km

Par Olivia St-Jacques

Samedi dernier avait lieu la 2e édition du Color Run à Sherbrooke, une course bien joviale et sans jugement rassemblant familles, amis, coureurs et piétons. Étant plus ou moins adepte de course, j’ai tout de même pris part à l’événement. Récit d’une fille qui s’est surprise à aimer ça.

 Il était à peine 9 h ce matin-là et des gens de tous âges déambulaient dans les rues de Sherbrooke, direction Parc Jacques-Cartier, vêtus de leur t-shirt à l’effigie de l’événement et d’accessoires colorés. De la couleur, il y en avait mesdames et messieurs! Il faut dire que cette année, le Color Run revenait en force avec des airs exotiques dans le cadre de la tournée mondiale Tropicolor. Pour l’occasion, les participants s’étaient mis en mode festif : bas longs ornés de flamants roses, tutus bien garnis, tatouages argentés et chapeaux flamboyants étaient au rendez-vous.

C’est un départ!

Graduellement, les gens partaient en « blocs » question d’éviter de jogger dans une boîte de sardines pendant 5 km (après tout, nous étions près de 5 000 participants!). Le départ de notre troupeau approchant à coup de 15 minutes, j’appréhendais déjà le moment où j’allais m’effondrer à mi-chemin, me rappelant les poutines ingérées au cours des dernières semaines (je mets tout le blâme sur les 5@8 de la rentrée). 3,2,1 c’est parti. Certains marchent, certains jasent, il y en a même qui dansent et d’autres qui, évidemment, courent. Dans tous les cas, l’objectif était de bouger et d’avoir du plaisir sans aucun chronomètre pour nous presser.

Pendant le parcours, des stations étaient installées où quelques bénévoles s’affolaient à nous lancer de la poudre de couleur, composée principalement de fécule de maïs. Vous vous doutez donc qu’une fois la course terminée, aucun t-shirt blanc n’était épargné. Pour ma part, j’étais particulièrement beurrée, puisque mes amis et moi prenions plaisir à nous rouler sur le sol à chaque station. J’avais 7 ans et demi.

Le « after party »

La ligne d’arrivée franchie, un immense party nous attendait. Sous le rythme de la musique et les directives de l’animateur, la foule était parfois invitée à lancer un sachet de poudre colorée préalablement distribué. Quoique l’effet tapissé du sol recouvert de sacs de plastique vides m’attristait, l’atmosphère était assez DÉBILE. A+ pour l’ambiance, B- pour la conscience écologique. Autrement, il était assez joyeux de voir petits et grands sauter et danser dans ce vent de matière d’arc-en-ciel. Festif, dites donc, ce Color Run!

En bref

Mise à part mes moments de folie, j’ai réussi à courir à un rythme constant pendant tout le trajet. À mon plus grand étonnement, j’y ai tellement pris plaisir que l’événement m’a inspiré la mise en place d’un entrainement de course régulier dans mon horaire. Comme quoi essayer une activité, c’est aussi parfois l’adopter. En attendant l’édition de l’année prochaine, n’hésitez pas à bouger mes amis!


Crédit photo © active.com

Partager cette publication