Un événement à saveur de bières, mais aussi de sciences

Par Virginie Houle

Encore cette année, la belle ville de Sherbrooke a eu l’honneur de recevoir le festival Une pinte de sciences du 15 au 17 mai derniers. Le concept est simple : vulgariser la science afin que tous la comprennent, et ce, dans un endroit bien apprécié de la majorité des étudiants : une microbrasserie!

Le Siboire Jacques-Cartier, hôte du festival, a reçu plusieurs curieux et curieuses de sciences alors que des professionnels étaient sur place pour donner des conférences. Lors de la première soirée, un élément clé du corps humain a été démystifié : le cerveau. Malgré les cours de biologie du secondaire, le cerveau reste, pour la plupart des humains, une partie méconnue du corps. Le professeur d’informatique Maxime Descoteaux a su épater les personnes présentes par ses explications concernant le connectome, un plan assez complexe qui relie les connexions neuronales dans le cerveau. Le spécialiste a su expliquer « tout simplement » les liens logiques entre toutes les parties de notre cervelle et leur fonctionnement. Le professeur David Fortin du Département de chirurgie s’est davantage penché sur un aspect bien intrigant : celui du traitement des tumeurs cérébrales. De nombreuses questions peuvent nous venir en tête lorsque nous nous penchons sur les maladies cérébrales. Est-ce réellement possible de les traiter? Monsieur Fortin s’est chargé de bien répondre aux questionnements concernant ce sujet.

Pour la belle soirée du mardi, le sort de la planète était présenté par deux professionnels du domaine. Le développement durable ainsi que la politique environnementale sont d’actualité et se voient être des sujets qui préoccupent un grand nombre de personnes. Le professeur du Département de chimie, Jérôme Claverie, renseignait le public à propos de la photocalyse. Ce mot, en général, signifie l’énergie apportée par la lumière. Cet extrait de la soirée consistait à voir si cette méthode pouvait être un bon outil pour un développement durable. Pour l’accompagner, l’enseignante Annie Chaloux parlait davantage du climat planétaire et des actions humaines et plus précisément de l’impact qu’a le Québec en tant qu’ambassadeur pour la protection de l’environnement.

Pour la dernière soirée de l’événement, la technologie était au premier plan pour les visiteurs du Siboire Jacques-Cartier. Le professeur François Michaud du Département de génie électrique et génie informatique faisait découvrir le milieu de la robotique. Il a su vulgariser la frontière entre la fiction et la réalité de ce domaine complexe, mais si impressionnant. Aussi, le professeur Maxime Dubois, du même département, s’est concentré sur l’explication de Fukushima, Fort McMurray ou les fonds de pension. Ces trois sujets, liés à la technologie, ont été révisés de fond en comble suite aux différentes tragédies survenues.

Bref, la deuxième édition d’Une pinte de sciences fut, encore une fois, un succès. Les professionnels étaient passionnés et intéressants, tout en laissant le public réagir et comprendre les enjeux des sujets présentés. À quand la troisième édition?


Crédit Photo © Facebooke Une pinte de Science Sherbrooke Qc

Laisser une réponse