Expédition au Sunset Ridge du mont Mansfield

Par Paul Labranche

Quoi de mieux pour terminer la session universitaire en beauté qu’une randonnée alpine entre amis? Voici le récit en photos de sept membres du Club Plein Air Altitude ayant gravi le mont Mansfield le 13 avril dernier.

Réveil matinal pour Benoit, Dominic, Amélie, Élodie, Alexandre, Simon et Paul, en ce 13 avril 2019. Se rejoignant sur le campus à 6 h 30, ils partent tous ensemble en direction du Vermont. Après trois quarts d’heure d’attente aux douanes, ils filent en direction de la station de ski Stowe. Ils n’ont pourtant ni skis ni billet de remontée, car ils s’apprêtent à gravir le mont Mansfield, adjacent à la station, qui domine l’État du Vermont de ses 1339 mètres d’altitude.

Enfilant leurs lourds sacs à dos, ils entament la Long Trail à partir de 500 mètres d’altitude. Ils n’ont même pas parcouru 100 mètres qu’ils s’égarent déjà du sentier recouvert de neige et se retrouvent à grimper une pente à 45° les uns derrière les autres. « C’est mal parti », se disent-ils. Par chance, après avoir regagné du plat, ils retrouvent le sillon du sentier à travers les arbres dégagés. Grâce à leurs raquettes, crampons et bâtons de marche, ils progressent à grande vitesse en prenant fréquemment des pauses.

Après avoir parcouru 3 kilomètres et 600 mètres d’ascension, ils peuvent enfin déposer leurs sacs au Taft Lodge, un chalet opéré par le Green Mountain Club, où ils passeront la nuit gratuitement.

Ils doivent pourtant creuser les deux mètres de neige qui recouvrent la porte d’entrée afin d’y avoir accès et de le mériter!

Mais comme la nuit va bientôt tomber, ils décident de regagner le sommet de la montagne pour observer le coucher de soleil depuis le Sunset Ridge. Les derniers mètres de l’ascension furent les plus escarpés et verglacés et ils ont fait rebrousser chemin à deux membres du groupe.

Pourtant, le plat sommet recouvert de végétation alpine et de lichen en vaut largement la peine. D’autant plus que le soleil est sur le point de rejoindre l’horizon en dévoilant des couleurs à couper le souffle. Bravant les rafales de vent et le froid glacial, ils patientent tout de même quelques minutes pour observer le paysage à perte de vue et prendre quelques photos.

La partie américaine du lac Champlain reflète les derniers rayons et distingue la ville de Burlington à 25 kilomètres à l’ouest. Tandis que 100 kilomètres à l’est, une silhouette blanche laisse deviner le sommet du mont Washington à 1917 mètres d’altitude.

Seuls au sommet, il ne leur manque plus qu’à s’ouvrir une bière en admirant ce spectacle privilégié.  Une image suffit à décrire cette beauté crépusculaire, mais les mots manquent.

Une fois le spectacle terminé, ils redescendent dans la pénombre à la lueur de leurs lampes frontales.

Au petit matin, ils déjeunent et profitent d’un bon café chaud.

Ils redescendent ensuite gaiement par les pistes de ski, avant de rentrer à Sherbrooke émerveillés.


Crédit Photo @ Paul Labranche

Partager cette publication

Laisser une réponse