Faire carrière aux Nations Unies

Par Rayane Baïtiche

Le 5 février dernier, Le Collectif s’est entretenu avec Alexandre Maltais, un conseiller pour la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Cet expert du droit international relate concrètement la possibilité de poursuivre une carrière aux Nations Unies, qui offre des emplois stimulants en permettant la découverte du globe.

Le parcours d’Alexandre Maltais

Il est assez difficile de déterminer un profil type de personnes recherchées pour faire carrière aux Nations Unies. Alexandre Maltais a tout de même discuté de son propre parcours. Il s’est doté d’un parcours multidisciplinaire. Il a d’abord étudié au baccalauréat en études internationales et relations internationales à l’Université de Montréal. Il a choisi de se démarquer en s’impliquant à moult activités parascolaires. M. Maltais recommande fortement aux personnes désirant faire carrière aux Nations Unies de s’inscrire à des activités cliniques, celles-ci étant très formatrices et instructives. Par la suite, il a réalisé un stage auprès d’une députée à l’Assemblée nationale pendant deux ans et demi. Il effectue, ensuite sa maîtrise en droit international bilingue axée sur le droit de l’investissement et le droit commercial à Genève (Suisse). De plus, il a suivi une formation sur l'intégration européenne en France et des négociations commerciales internationales au Canada.

Système d’examen des Nations Unies

Pour commencer une carrière de fonctionnaire international au Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, il existe un programme visant à embaucher des jeunes administrateurs. Un des critères est la réussite du concours. Certes, il y a quelques critères pour pouvoir poser sa candidature, dont avoir moins de 32 ans et la nationalité d'un pays participant. Chaque année, la liste des pays participants est publiée en ligne. Le Canada ne fait pas partie de cette liste, mais il y aurait une possibilité, si vous avez une double nationalité, de choisir la nationalité du pays participant dans la liste.

Inconvénients des carrières aux Nations Unies

Le plus grand inconvénient de faire carrière aux Nations Unies réside dans l’instabilité des contrats. Effectivement, la grande majorité des employés aux Nations Unies obtiennent des contrats temporaires. De surcroît, les Nations Unies ne créent plus de postes permanents, mais plutôt des postes temporaires liés à des projets précis. Par exemple, un employé des Nations Unies a obtenu son premier poste permanent à l’âge de 42 ans après avoir effectué 63 contrats non permanents pour une durée de 17 ans de service. Il obtenait parfois des contrats d’un mois ou de trois mois. De plus, M. Maltais a alerté la communauté étudiante sur les frais de scolarité élevés et le coût cher de la vie à Genève. Il faut parfois prendre des risques financiers pour réaliser un stage avec les Nations Unies et courir la chance d’avoir un emploi par la suite.

Son quotidien

Évidemment, le quotidien varie d’un fonctionnaire à un autre. En ce qui a trait à M. Maltais, il vit un bel équilibre entre voyage, recherche, écriture et donner des cours et de la formation. Il effectue une recherche appliquée en travaillant sur le terrain pour effectuer la mise en œuvre du projet en organisant notamment des séminaires avec les pays partenaires. Il s’agit de l’accord de facilitation des échanges financé par le Royaume-Uni afin d’aider les anciennes colonies anglaises, principalement des pays d’Afrique et les Antilles, à mettre en œuvre l’accord de facilitation de l’OMC. Finalement, il fait le bilan de ce qui a pu être accompli et non. Il s’occupe également du volet administratif pour les demandes de visas et la réservation des billets d’avion.

Partager cette publication

Laisser une réponse