Quand faire un choix diversifié peut rendre meilleur

Par Sébastien Binet

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de discuter avec des amis sportifs et j’ai pu constater au fil des conversations que la majorité des sportifs de haut niveau que j’ai connu autant au football, au baseball qu'au hockey, pour ne nommer que ces sports, avaient pratiqué sérieusement plus d’un sport dans leur vie. Parmi ceux-ci, plusieurs athlètes de haut niveau ont dû faire un choix entre deux disciplines lorsque l’entrainement est devenu trop sérieux pour en pratiquer plus d’un à la fois. Moi-même un sportif, je me suis alors posé la question à savoir s’il était bénéfique pour un athlète de se limiter à une seule discipline ou si au contraire, il était plus avantageux de diversifier ses aptitudes.

Comme avec du gâteau au chocolat

Le but premier du sport est bien évidemment le plaisir. Il n’est donc pas surprenant de voir que les recherches ont démontré que les athlètes qui pratiquaient un sport trop intensément pendant une longue période consécutive étaient plus sujets à développer un désintérêt et donc à présenter de moins bonnes performances lorsqu’ils se limitaient à un seul sport. Il n’est pas rare de voir des athlètes professionnels prendre leur retraite en mentionnant que l’intérêt de faire des sacrifices et de pratiquer leur sport jour après jour est disparu. Lorsque l’âge rattrape le talent et que les priorités d’une personne changent, le plaisir vient parfois en second plan. Dans ce cas-ci, la pratique d’autres activités sportives pourrait contribuer à un meilleur équilibre entre le plaisir et l’entrainement sérieux.

Un corps fait pour la diversité

En plus du plaisir, il faut prendre en compte que le corps humain est une machine qui, contrairement à une automobile, n’a pas de kilométrage limité. La diversification des activités physiques est donc bénéfique pour le corps et est même souhaitable. Il faut savoir que les muscles et tendons sont tous attachés entre eux d’une certaine manière et que le surentrainement d’un groupe de muscles en particulier peut occasionner des douleurs ou de l’inflammation. Le développement de différents muscles devient donc important pour la motricité du corps et l’évitement de blessures qui pourraient être causées par un manque de flexibilité ou par un surmenage.

Le développement passant par la pratique de plusieurs sports peut aussi permettre à un jeune d’améliorer son équilibre et sa coordination. Il ne faut pas négliger non plus que certaines aptitudes sont plus présentes dans certains sports. La coordination œil-mains au baseball est un exemple parfait d’une aptitude nécessaire et omniprésente qui se développe plus facilement dans ce sport que dans les autres. Cette coordination peut toutefois s’avérer fort utile au Ultimate Frisbee par exemple. Inversement, le Ultimate est un sport dans lequel la course est omniprésente et donc un joueur de baseball pourrait devenir plus rapide et explosif en pratiquant ces deux sports.

À la lumière de ces recherches, la pratique d’un même sport 12 mois par année est remise en question. Est-ce réellement meilleur pour un joueur de se spécialiser dans un seul sport durant plusieurs années? Les experts semblent dire que non, mais chaque jeune se développe différemment et bien sûr, il est impossible de refaire l’apprentissage d’un enfant du début pour voir si son développement aurait été meilleur. Après tout, développement correct ou non, tant qu’on garde en tête que la principale raison de faire du sport est le plaisir, tout devrait bien se dérouler.


Crédits photo © Changer son corps site officiel

Partager cette publication