Festival HAHAHA : cliquer et rire !

Les organisateurs d’événements culturels ne baissent pas les bras malgré la pandémie qui sévit. En effet, plusieurs ont conçu en quelques semaines seulement des formats numériques de leur festival afin de troquer les salles de spectacles bondées de monde avec le confort de notre salon !

Par Magdala François

 

L’une de ces organisations, le Groupe Juste pour rire, est une des premières à mener le bal avec la création du nouveau festival HAHAHA qui s’est déroulé du 28 au 31 mai. Le premier festival numérique d’humour francophone au monde a accueilli des humoristes de Québec et de partout dans le monde qui ont présenté 18 spectacles accessibles à tous ceux ayant un accès à Internet et ayant payé un billet.

 

Le numérique : un changement significatif

Laurent Paquin, Mariana Mazza, Stéphane Fallu, Rosalie Vaillancourt et Mathieu Dufour : des artistes renommés en une seule journée, pour la modique somme de 13 $ par jour. Ces spectacles de 60 minutes chacun, n’ayant que 10 minutes d’intervalle entre eux, ont permis aux spectateurs de découvrir des artistes émergents venant de toute la francophonie. Toutefois, certains de ces spectacles étaient préenregistrés. Ceci faisait en sorte qu’il n’y avait pas la touche de spontanéité qu’on retrouve habituellement dans les spectacles d’humour en présentiel. Par exemple, l’interpellation du public ou l’improvisation sont des aspects manquants dans les spectacles sur le Web. De ce fait, on remarque rapidement l’importance de ces petites touches lorsque celles-ci sont absentes du spectacle.

 

Séance de clavardage difficile

De plus, l’organisation a mis à disposition la section « clavardage » afin que le public puisse communiquer avec les humoristes en ligne, mais cet élément a été très peu utilisé par les internautes. La plupart du temps, lorsque cette section était utilisée, elle faisait place à plusieurs commentaires négatifs de la part des spectateurs vis-à-vis le spectacle en ligne. À titre d’exemple, un des internautes a écrit ce commentaire : « Je l’ai déjà vu ce spectacle, dans un Facebook en live ». Payer une somme d’argent pour regarder le même spectacle donné gratuitement sur une autre plateforme est en effet redondant. Le directeur du Groupe Juste pour rire, Patrick Rozon, a répondu à ces critiques en affirmant ceci : « On s’est rendu compte que le live comportait beaucoup de risques. Pour un premier festival, monté en quatre semaines, on préférait tourner à l’avance. Ça nous permet d’aller plus loin dans les idées », explique-t-il en entrevue avec le Journal de Montréal.

 

Des rabais chez les commanditaires

Pour que les gens profitent entièrement de leur soirée d’humour, à l’achat d’une passe, le festival HAHAHA offrait des rabais chez Couche-Tard, Cook it, Floramaille et Cheers grâce à des codes promotionnels envoyés par courriel. Cette initiative a été mise de l’avant pour encourager les entreprises du Québec et pour que les festivaliers soient à leur aise le plus possible, comme dans les salles de spectacles : en ayant leur boisson ou collation préférée et en portant leurs habits les plus confortables.

Pour terminer, les festivals en ligne sont de plus en plus de mise dans un contexte de pandémie. Bien que les côtés social et instantané soient mis de côté, les spectacles virtuels permettent de sortir de la routine et de se changer les idées.

 

Partager cette publication

Laisser une réponse