Fiche - Quentin Tarantino

“I steal from every movie ever made.’’

Par Alexandre Blanchard

Quentin Tarantino est le maître du dialogue et de l’hyperviolence. Ses films sont parsemés de répliques mordantes empreintes de sarcasme, d’humour noir et de satire : ce seul aspect les rend incontournables. Le rythme impeccable vient ficeler le tout pour former quelques-unes des œuvres les plus éclatées du cinéma moderne. Un mot décrit bien le réalisateur de 51 ans : délire. Voici donc le top trois de mes films préférés.

  1. Pulp Fiction (1994) : Tout simplement LE meilleur film de Tarantino. Style choral parfaitement maîtrisé, personnages (et acteurs) hauts en couleur et dialogues délirants ne sont que quelques-uns des atouts que possède ce chef-d’œuvre de 1994. Si vous n’avez qu’un film de Tarantino à voir absolument, c’est celui-ci. Il est, selon moi, la somme de tout ce qui est excellent chez le réalisateur américain. Rien ne m'a plus marqué dans les œuvres de Tarantino que cette fameuse scène de voiture avec un otage : un mariage parfait entre gore et humour!
  2. Reservoir Dogs (1992) : Un peu dans la même veine que Pulp Fiction, Reservoir Dogs met en scène des bandits et leur tentative de vol de banque. Très prononcé sur les dialogues et l’humour, le film ne fait toutefois pas fi d’un scénario jouissif, quoique très simple. J'ai tendance à aimer mieux le vieux matériel de Tarantino qui était, selon moi, plus recherché et plus éclaté, et surtout, plus violent. « Are you gonna bark all day, little doggy or you're gonna bite? »
  3. Django Unchained (2012) : Pour son scénario satirique, sa vision historique déjantée et ses péripéties ultraviolentes, Django Unchained rafle tout juste la troisième position de ce podium. Death Proof et Jackie Brown ne sont pas bien loin derrière, mais Django possède un cachet bien particulier : cette idée de vengeance d'un esclave noir sur les Blancs est tout simplement jouissif. Par contre, j'ose dire que le style de Tarantino s'essouffle quelque peu et qu'il devra essayer de se renouveler pour ses prochains longs-métrages.Culture - Alexandre Blanchard - Tarantino2
Partager cette publication