Fig. 1 d’Ariane Vaillancourt - Un mini-album qui fait voyager dans de vastes territoires

Par Gabrielle Marchand-Beaudry

Ariane Vaillancourt, une artiste originaire de Sherbrooke, a lancé son premier EP, Fig. 1, le 20 octobre dernier au Boquébière et le 24 octobre au Cabaret Lion d’Or à Montréal. Aux deux endroits, l’ambiance était à la fête.

La jeune auteure-compositrice-interprète est diplômée en chant jazz et populaire du Cégep de Saint-Laurent à Montréal et de l’École nationale de la chanson de Granby. C’est à cet endroit qu’elle a eu un moment de réflexion et qu’elle s’est questionnée quant à lancer un projet en son propre nom. Après avoir fait plusieurs spectacles, dont la première partie des sœurs Boulay, avec son ancien groupe, Le Fil d’Ariane, l’artiste a maintenant son propre mini-album qu’elle a coréalisé avec Pierre-Philippe Côté (Pilou).

Elle décrit ce EP comme un grand paysage sonore vaste comme le territoire, froid dans les ambiances, mais avec de chaudes notes. Les chansons sont larges et cinématographiques : elles nous font voyager. En écoutant les cinq chansons de son mini-album, on entre dans une sorte de tourbillon, un petit film qu’il faut prendre le temps d’écouter. Ariane se dit inspirée par la musique de film, qui, pour elle, exprime ce que l’on vit autrement.

La première chanson, « Mémoire », est tout en simplicité. On entre tranquillement dans l’univers d’Ariane, dans la bulle de l’EP. Ensuite, on découvre « Mon corps », chanson déjà connue du public puisqu’elle a eu de fortes réactions dans les radios du Québec. Il s’agit d’une invitation à se resynchroniser avec son corps, à vivre pleinement. Avec « Aurores boréales », on est plus dans le contemplatif. Ici, la connexion est celle avec la nature. Sa chanson « Banquise » parle du froid qui peut s’installer entre deux personnes, d’un cœur qui bat et qui vit une déchirure. Beaucoup de gens se reconnaissent dans les paroles. Enfin, le EP se termine par « Le son des cloches », qui transporte ailleurs, qui fait voyager en délicatesse. Cette dernière chanson est la préférée de l’artiste.

Depuis son lancement, Fig. 1 a été bien reçu par le public et les commentaires sont positifs. C’est ce qu’Ariane souhaitait : se présenter dans la sincérité. Elle est reconnaissante qu’on partage sa musique et que son mini-album communique bien avec le public. Dans les prochains mois, elle continuera à composer, à enseigner le chant et à collaborer à plusieurs projets, dont Lou Mig Mag, un projet jazz assez trippant. Des spectacles sont aussi prévus en 2017, dont à Sherbrooke.

Nous lui souhaitons que son mini-album perdure dans le temps, qu’il touche les gens, qu’elle aille à la rencontre du monde et qu’elle fasse de belles rencontres.

Pour télécharger sa musique : Bandcamp ou iTunes

Pour plus d’informations sur l’artiste : arianevaillancourt.com ou facebook.com/arianevaillancourtmusique.


Crédit photo © Ariane Vaillancourt

Partager cette publication