Le financement des universités québécoises

Comment est-ce que les universités québécoises se financent-elles? Voilà une question à laquelle la FEUS peut te fournir quelques explications.

Les universités québécoises sont toutes financées selon des critères identiques à la base et peuvent recevoir des enveloppes spécifiques par la suite pour répondre à certaines missions. Il n’y a pas de différence de financement de base entre le réseau de l'Université du Québec et les universités à charte. La formule actuelle de financement des universités finançait, en 2014-2015, 2 856 954,4 k$. Il est à noter que le Québec a un retard considérable sur le reste du Canada en termes de financement de ses institutions postsecondaires, pour ramener les universités québécoises au niveau de financement qu’elles avaient avant l’arrivée au pouvoir des libéraux, il faudrait qu’un investissement de 276 M$ soit fait dans le prochain budget provincial.

Les enveloppes de base sont des enveloppes qui prévoient le financement pour soutenir les tâches d’enseignement et de recherches ainsi que l’entretien des terrains et des bâtiments. Afin d’avoir un calcul optimal, le financement est calculé en fonction des effectifs étudiants en équivalence temps plein (EEETP). Il est à noter que ce ne sont pas tous les programmes qui obtiennent le même financement. En effet, les programmes d’étude sont actuellement divisés en 23 familles de programmes. Les familles où le coût de formation est plus élevé se voient donner de plus grandes subventions en fonction de l’EEETP des personnes fréquentant ce programme.

Viennent ensuite les subventions spécifiques. Celles-ci visent à faciliter le développement de certains programmes spécifiques. À titre indicatif, les universités situées en région reçoivent des enveloppes spécifiques pour le développement régional. Dans les enveloppes spécifiques, il y a également les enveloppes pour couvrir les frais indirects de recherche (FIR) qui sont tous les frais reliés à la recherche (bâtiment, administration, gestion, etc.) qui ne sont pas couverts par les subventions de recherche régulières. Ce financement est vital au déroulement des recherches, mais encore une fois insuffisant pour pleinement soutenir la recherche universitaire québécoise.  Il y a également les enveloppes spécifiques aux services aux étudiants ainsi qu’aux personnes en situation de handicap.

Il est à noter que le gouvernement travaille depuis quelques années sur une nouvelle grille de financement des universités, le but étant d’optimiser celui-ci. Aux yeux de la FEUS, une réforme de la grille de financement est bien vue, cependant, cette réforme doit se faire sans perte pour les universités québécoises. Le gouvernement affirme que l’éducation et l’enseignement supérieur sont ses priorités, il est maintenant le temps de le démontrer par une grille de financement adéquat et juste pour toutes les universités.

Ici, nous avons les faits saillants du financement des universités, par contre, celui-ci ne se limite pas qu’à ça. Si vous êtes intéressés à en savoir plus, il est possible de passer au bureau de la FEUS, E1-111.

La FEUS a collaboré avec la L'Association des bénévoles de don du sang (ABDS) d'Héma-Québec pour l’organisation de la journée de don de sang. L’évènement, en plus d’inciter les membres de la communauté étudiante à faire des dons, visait également à les sensibiliser sur certains enjeux.

Quels sont ces enjeux?

La collecte de sang organisée par la FEUS vise à augmenter les réserves d’Héma-Québec pour le don de sang. Il est à noter que nous tentons de sensibiliser la population étudiante sur l’importance de la communauté de donner. La FEUS tient à préciser qu’il est malheureux qu’encore aujourd’hui, Héma-Québec refuse des groupes de la société civile simplement basée sur l’orientation sexuelle.

L’évènement a-t-il été un succès?

Le dernier évènement de collecte de sang a été un succès avec plus de 500 personnes donatrices. Il est à noter que le fait de combiner la collecte de sang et le Carnaval aide grandement à aller chercher des personnes donatrices.

Les attentes ont-elles été exaucées ?

Nous avions un objectif de 400 personnes donatrices, ce que nous avons largement atteint.

La FEUS collabore avec la Fondation sur plusieurs projets, sans doute. Lesquels?

La FEUS collabore également financièrement avec les fonds Projets milieu ainsi que la FCIDD. Nous contribuons financièrement à la Fondation FORCE. Dans tous les cas, la FEUS se retrouve à siéger sur des comités mixtes pour pouvoir s’assurer que la population étudiante ait sa juste part.

Quels sont les évènements à venir pour cette session d’hiver auxquels on peut s’attendre avec la FEUS?

Nous avons des personnes de l’exécutif qui sont en train de travailler conjointement avec le conseil d’administration de la Fondation FORCE pour l’organisation du gala annuel. Nous sommes également en train de préparer la prochaine rentrée avec les comités comme le MESSAGE (Mois d’échange et de sensibilisation sur les agressions sexuelles en milieu étudiant) ou bien le comité du Spectacle de la rentrée.

En quoi cette collaboration est importante pour la FEUS et ses membres, et pour la Fondation ?

Le fait de collaborer avec la Fondation de l’Université sur certains dossiers permet à la FEUS et à l’Université de retourner une plus grande quantité de fonds dans les poches des projets étudiants.

Partager cette publication