Fins de sessions fictives de personnes/personnages connus (ou à ne pas connaître)

Par Billie-Anne Leduc

Est-ce qu’une fin de session est déterminante dans une vie? Parfois. Parfois pas. Il n’en demeure pas moins que pour certains, la fin de session se trouve à être, l’espace d’un instant, le nombril de l’univers. Alors, pourquoi ne pas nous amuser les yeux et l’imagination quelque peu? Voyons pire que nous, en hommage à cette phrase-réconfort : on est tous dans le même bateau!

Quel rôle auraient pu jouer les fins de sessions – ô supra importantes – de quelques personnes/personnages?

Assoyez-vous et fermez les yeux. Pensez aux fins de sessions qu’ont peut-être connues certaines personnes célèbres, à qui on voue un culte – mérité ou non. À quoi ressemble Gandhi fin avril, douze heures avant la remise de son travail non entamé de quinze pages? À rien, puisque toujours zen. Chanceux, va.

Parce que quelques histoires fictives valent parfois une vérité, en voici quelques-unes de mon imagination :

  1. Donald Trump : Il écrit (dit) de la bullshit sur toutes ses évaluations et obtient un diplôme (plein d’argent), un gun dans les poches.
  2. Archie : Il passe la nuit à batifoler avec deux ou trois filles, et ne passe pas son examen du lendemain valant 50 %. Il devra suivre des cours d’été. Fini la plage. Bref, Archie sera serveur Chez Pop pendant 30 ans.
  3. Tintin : Du 20 au 25 avril, Tintin arrête deux trafiquants de drogue, écrit un article là-dessus, empêche une bombe d’exploser, écrit un article là-dessus, calme les crises quotidiennes du Capitaine Haddock, retrouve les lunettes du professeur Tournesol et écrit un éditorial. Il obtient tout de même 4,2 de cote Z.
  4. Docteur Terreur : Plusieurs élèves moyens parviennent à obtenir la note A+ parce qu’ils arrivent à lire les réponses sur la feuille d’examen de l’intello, réfléchie par le crâne luisant de Docteur Terreur. Bref, Docteur Terreur ne sera pas le meilleur de sa classe et sera rongé par ce complexe d’infériorité toute sa vie. S’il avait su que tout ça était la faute de sa calvitie précoce…
  5. Robin des bois : À sa première année de droit, sur son travail de fin de session, qu’il remet à un avocat de prestige, Robin des bois écrit en Arial 72 : « Vous êtes le pire voleur de la société. » Renvoyé pour ce jugement ingrat, il décide de s’exiler dans la forêt avec des compagnons. La belle vie, quoi.
  6. Jack Sparrow : Étourdi par sa feuille d’examen, il se dit fuck ça et devient pirate.
  7. Homer Simpson : Il dort tout au long de l’examen final. Le professeur n’arrive pas à lire ses phrases recouvertes de bave.

Vous voyez, il y a pire que vous. Quelles étaient les fins de sessions de Jean Leloup? De Lady Gaga? De Marylin Manson? D’Hitler?

Amusons-nous. Et n’oublions pas qu’une fin de session, ce n’est qu’un petit point sur votre toile : il suffit de le déposer avec soin, et voilà, c’est passé.


Partager cette publication