FootMuséum au Musée des beaux-arts de Sherbrooke (MBAS)

Par Ariane Dorion

Jusqu’au 2 février 2020, la salle principale du Musée des beaux-arts de Sherbrooke est transformée en terrain de soccer. Cette exposition de l’artiste Josianne Bolduc, une spécialiste de l’in situ, offre un nouveau regard sur l’esthétisme dans la pratique sportive.

Cette exposition se présente en deux aspects distincts : la performance éphémère et l’installation. L’artiste a invité des joueuses de soccer à pratiquer leur sport au sein même du MBAS et les a enregistrées, filmées et photographiées. À la suite de cet exercice, l’exposition offre une immersion complète aux visiteurs. Des photographies se mêlent à une vidéo et une ambiance sonore pour créer un tout cohérent, mais plus ou moins sensé.

On peut évaluer une œuvre d’art selon plusieurs critères, dont le fond et la forme. Pour FootMuséum, ni un ni l’autre ne semble marquer de point. L’espace d’exposition a été « transformé » en terrain de jeu, un déguisement simplement exprimé par la présence au sol de quelques cônes de plastique coloré et de marques de ruban adhésif. Pourtant, le sport mis en lumière présente un attribut physique qui aurait pu être développé de manière très intéressante : le filet. Pour ce qui est des images récoltées lors de la performance, elles sont très lumineuses, et sont bien composées, mais sans plus. L’attrait principal de cette œuvre nécessite une connaissance particulière de la démarche de l’artiste.

Responsable du certificat en arts visuels depuis 2014, Josianne Bolduc travaille depuis des années à faire connaitre des artistes estriens et à former ceux de demain. « Ses recherches et son travail s’articulent autour de la documentation des pratiques in situ et performatives, et de la réarticulation plastique de cette documentation. », peut-on lire sur le site du MBAS. Le but de l’exposition est de « déjouer la pratique usuelle des athlètes qui voient leur gestuelle sportive transformée en performance artistique et révéler l’esthétisme singulier de la discipline. »

L’art in situ, du latin « dans l’endroit même », c’est créer une œuvre d’art ou en « performer » une dans un lieu d’exposition ou un lieu autre qui devient, par le fait même, un lieu d’exposition. Ici, l’idée a été bien exécutée, mais aurait mérité d’être plus amplement développée. Il aurait pu être intéressant de comparer des photographies des joueuses dans le musée et sur un terrain de soccer. Les mêmes mouvements auraient alors été interprétés différemment, et le contraste aurait appuyé le message.

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke tente de plus en plus de se positionner comme un musée d’art contemporain, abritant des essais artistiques plus ou moins développés et des expositions comme celle-ci, s’adressant plus à un public instruit. La Galerie d’art de l’Université de Sherbrooke remplit déjà cette mission, et le MBAS devrait connaitre à mieux respecter les limites de leurs missions respectives.

Sur une note plus positive, chapeau à l’artiste pour avoir choisi de créer cette œuvre en collaborant avec des sportives et non des sportifs. La place des femmes dans le sport est loin d’être entièrement respectée et une exposition comme celle-ci permet de la faire valoir.

Sources :

http://mbas.qc.ca/josiane-bolduc-foot-museum/

https://www.usherbrooke.ca/culture/accueil/babillard/babillard-details/article/31691/

https://larousse.fr/dictionnaires/francais/in_situ/43351?q=in+situ#43255


Crédit Photo @ Musée des beaux arts de Sherbrooke

Partager cette publication

Laisser une réponse