François Legault à Paris

Par Alexandre Cadieux

Le 20 janvier dernier, le premier ministre, fraîchement élu, François Legault s’envolait pour le vieux continent. Monsieur Legault avait un agenda bien rempli. Les premiers jours du premier ministre québécois avaient lieu à Paris où M. Legault rencontrait plusieurs personnes influentes, entre autres, le président Emmanuel Macron.

Plusieurs sujets importants pour le Québec attendaient le premier ministre, notamment dans le domaine de l’économie, de la politique et de la culture. Malgré une sympathique rencontre avec Dany Laferrière, un grand écrivain d’ici reconnu par l’Académie française, l’heure était plutôt à l’économie pour M. Legault. L’objectif de celui-ci était de construire d’avantages de liens économiques avec la France dans le but d’augmenter le nombre d’échanges commerciaux avec celle-ci. M. Legault a lui-même affirmé vouloir un plus grand investissement de la part des multinationales françaises au Québec, en plus d’une augmentation des exportations.

Pour ce faire, le premier ministre a rencontré une dizaine de chefs d’entreprises multinationales françaises dans le but de développer des partenariats économiques avec nos cousins européens. Il rencontrait notamment le PDG de L’Oréal. Cette entreprise française compte déjà approximativement 1500 employés au Québec.

Pour l’assister et le conseiller lors de ses rencontres, M. Legault était accompagné de deux membres importants de son cabinet. Le ministre de l’Économie et de l’innovation, Pierre Fitzgibbon, accompagnait le premier ministre. La ministre des Relations internationales, Nadine Girault, faisait également partie de la délégation québécoise. Le premier ministre a qualifié les échanges économiques actuels de « ridicules », et il souhaite voir ceux-ci doubler. Il veut d’ailleurs augmenter le nombre d’agents commerciaux de la Délégation générale du Québec à Paris. Cet organisme a pour mission de représenter et promouvoir les intérêts québécois à Paris. Avec cette rencontre, François Legault veut changer la mentalité des entreprises québécoises sur l’importation en Europe. Une augmentation des échanges commerciaux permettrait aux entreprises d’ici de réduire leurs dépendances face au marché américain, le protectionnisme américain étant très présent depuis la présidence de Donald Trump.

Sur un ton beaucoup plus politique, François Legault a rencontré Emmanuel Macron lors d’un souper privé en compagnie du premier ministre français Édouard Philippe et de plusieurs membres influents du Sénat français. M. Legault, qui semble attentif au dossier des « gilets jaunes » en France, veut apprendre de ces revendications françaises pour éviter un cas similaire au Québec. Il a d’ailleurs comparé la taxe carbone de Justin Trudeau à la taxe sur le diesel qui a déclenché de très grandes révoltes en France durant les dernières semaines.

François Legault a également mentionné vouloir une augmentation du nombre d’immigrants français au Québec. Sa justification étant que le système québécois permet à des immigrants qui parlent et comprennent moins bien le français de s’implanter au Québec, ce qui menace la langue française de notre province.

Ce voyage semble couronné de succès pour le premier ministre. À son retour, les derniers sondages illustraient une augmentation de l’appui envers le Parti de la Coalition Avenir-Québec au détriment du Parti Québécois, les bleus se rangeant désormais derrière un nouveau premier ministre.

Partager cette publication

Laisser une réponse