God Save The Queen : Guide ultime du voyageur paumé en Europe

Par Gabrielle Beaudry

Voyager en Europe, ce n’est vraiment pas donné. Pourtant, il existe plusieurs trucs et astuces afin de voir du pays sans vider l’entièreté de son petit cochon. Étant moi-même devenue la queen des gratteuses depuis ma traversée de l’autre bord de la flaque, je vous partage mon guide ultime du voyageur paumé en Europe.

Choisir la destination

On privilégie les destinations où le coût de la vie est relativement abordable. On remplace donc les pays scandinaves par les pays de l’Europe de l’Est. Des pays plus communément populaires tels que la France, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie, peuvent également être accessibles monétairement si le voyageur est flexible. Idéalement, on évite la période estivale et les vacances des Fêtes, puis on s’arrange pour partir et revenir durant la semaine, et non le week-end.  

Moyen de transport

Avion

S’il y a un seul sport dans lequel j’excelle, c’est bien celui de la chasse au billet d’avion le plus abordable. Or, avec la panoplie d’applications et de compagnies aériennes qui existe, il faut parfois choisir ses batailles afin de préserver sa vie sociale et sa santé mentale. Au cours des derniers mois, j’ai développé une technique plutôt efficace afin de dénicher des billets à petit prix lorsque je n’ai pas de destination particulière en tête. Tout d’abord, j’effectue une recherche en fonction de mes disponibilités approximatives sur Skyscanner en choisissant comme destination « Everywhere ». Ensuite, je compare les prix avec Google Flights. Si je suis relativement en avance par rapport à ma date de départ, je « surveille » le trajet sur Skyscanner et sur l’application Hopper en activant les alertes. Finalement, lorsque je suis prête à boucler mes valises, je réserve mon vol directement sur le site de la compagnie aérienne. À noter : les billets d’avion intra-Europe ne prévoient qu’un seul bagage à main par voyageur, et donc aucun bagage en soute. Vaut donc mieux voyager léger à partir de Montréal afin d’éviter de ressembler au Bonhomme Michelin en ayant la moitié de son linge sur le dos.

Train

Si le temps n’est pas un souci, le train peut s’avérer une option super économique. En effet, en tant qu’étudiant, plusieurs réductions nous sont offertes, et rendent parfois le trajet très abordable. Si vous êtes plus du genre « Eurotrip », une passe Interrail vous permet de voyager un peu partout à travers l’Europe avec un seul et même billet. Cette option est la bonne si vous faites de très longs trajets (minimum d’environ un mois). Sinon, vaut mieux privilégier l’achat de tickets uniques.

Bus

Le bus est certainement l’option la moins confortable et la plus consommatrice en terme de temps, mais parfois les aubaines en valent vraiment la peine! On s’équipe en grignotines, on s’apporte un bon livre, on charge son téléphone, puis on prend son mal en patience. L’application GoEuro permet de comparer les options de transport (avion, train et bus) pour un même trajet.

Logement

Les deux meilleures options sont la plateforme AirBnB et les bonnes vieilles auberges de jeunesse. Pour ce qui est d’AirBnB, la localisation géographique, les photos de l’endroit et les commentaires permettent de faire un choix éclairé. Par ailleurs, on retrouve de nos jours une vaste gamme d’auberges, allant de dortoirs miteux à hôtel boutique pour bobos du Plateau. Chacun y trouve son compte. On flâne sur Hostelworld afin de trouver la perle rare, puis on réserve directement sur le site de cette dite perle. Les auberges sont à privilégier en voyage solo : les rencontres y sont faciles et agréables! Certaines auberges ont également des chambres privées ou semi-privées pour les couples ou les groupes d’amis qui voyagent ensemble.

Nourriture

Nul besoin de faire une diète de ramen à la Sriracha (le Kraft Dinner n’existe malheureusement pas en Europe) et de poivrons verts, il est possible de très bien manger pour peu en tant que pauvre universitaire à la conquête du monde. Ricardo est définitivement d’actualité ici également, puisque cuisiner demeure l’option la plus rentable. La bouffe de rue (Kebab, Shawarma et Shish taouk, par exemple) est aussi une bonne alternative on the go. On évite les attrape-touristes aux allures un peu trop américaines et on traîne toujours des collations, qui s’avèrent particulièrement utiles en moments de faiblesse. Pour l’alcool, on achète ses canettes et bouteilles dans des dépanneurs, puis on prend l’apéro tranquillou sur le bord d’un canal, d’une plage ou dans un parc.  

Attractions touristiques

Pour les déplacements, on opte pour la marche, les transports en commun ou les Uber. La planification est également utile dans la visite de grandes attractions (comme les musées, Sagrada Familia, Tour Eiffel et compagnie), puisqu’une simple réservation en ligne la veille peut vous éviter de faire la file pendant des heures tout en sauvant quelques dollars.

En espérant que cette petite capsule pratico-pratique vous aura permis d’épargner quelques piastres tout en fredonnant « moi mes souliers ont beaucoup voyagé ».

Partager cette publication

Laisser une réponse