Guide de survie pour personnes trans arrivant à l’UdeS

Par Séré Beauchesne Lévesque

En arrivant à l’UdeS, l’auteur.e du présent article a vécu un immense stress et quelques nuits d’insomnie, en raison notamment d’un nom sur les listes de classe qui ne correspondait pas à celui qu’iel utilise depuis des années, ainsi qu’à des toilettes non genrées pratiquement impossibles à trouver. Heureusement, iel avait des amies trans au sein même de sa faculté et a pu bénéficier de quelques conseils bien avisés. Pour le reste, iel s’est battu sans relâche contre le bureau de la registraire, les transphobes rencontrés sur son passage et la binarité des genres. Après une année d’expérience en tant que personne trans à l’UdeS, iel a à son tour tenu à partager sa sagesse avec les non initié.e.s.

Groupe d’action trans de l’Université de Sherbrooke

Premièrement, il est primordial de savoir que l’UdeS a une association trans, le Groupe d’action trans de l’Université de Sherbrooke (GATUS). Le GATUS a été fondé à l’automne 2016 par un groupe d’étudiant.e.s trans désireuxes de s’unir afin de mieux se battre pour les droits des personnes trans à l’UdeS et ailleurs en Estrie. Il permet également aux personnes trans de se regrouper afin d’agrandir leur réseau et travaille à offrir différents services à celles-ci afin de leur rendre la vie plus facile. Que vous soyez une personne trans militante dans l’âme, une personne non binaire qui souhaite seulement en rencontrer d’autres ou même un.e allié.e qui veut aider à changer les choses, n’hésitez pas à nous contacter et surveillez en septembre les affiches signalant la tenue de notre assemblée générale annuelle!

Toilettes

Le besoin qui se présente en premier pour beaucoup de personnes trans qui arrivent dans un nouveau milieu est celui de trouver des toilettes dans lesquelles se soulager sans se mettre en danger. Bien qu’en théorie les personnes trans puissent tout à fait utiliser les toilettes genrées de leur choix, plusieurs d’entre nous se sentent plus à l’aise et en sécurité dans une toilette non genrée. Heureusement, sur le Campus principal, il y a une multitude de toilettes individuelles. Elles ne sont pas toutes non genrées pour l’instant, mais sont heureusement en voie de le devenir, et la liste de leurs numéros de local est disponible sur le site web du GATUS : gatus.association.usherbrooke.ca/toilettes-non-genrees/.

Changement de nom

Contrairement à certaines universités telles que McGill et Concordia, il n’est pas encore possible dans le système informatique de l’Université d’utiliser un autre prénom que son prénom légal. Toutefois, en attendant la légalisation par le directeur de l’État civil de votre identité, il est possible d’obtenir une carte étudiante avec votre prénom usuel, afin d’avoir une carte d’identité qui vous correspond à présenter aux diverses activités étudiantes qui la requièrent. Pour ce faire, il faut contacter Lise Grenier, directrice générale des Services à la vie étudiante. Et une fois que l’on obtient un certificat de changement de nom et un nouveau certificat de naissance, il suffit de les présenter au Bureau de la registraire pour que le changement soit fait dans le système informatique.

Transition médicale

Pour obtenir des hormones à Sherbrooke, il y a, la plupart du temps, nul besoin d’avoir une lettre de psychologue. En effet, si vous avez un médecin de famille, il suffit d’obtenir une référence de sa part afin de consulter l’endocrinologue affilié au CHUS. Il y a un délai de quelques mois avant d’obtenir un rendez-vous, mais généralement, après la première visite auprès de celui-ci — et ses questions parfois malaisantes —, on obtient une prescription.

Articles d’affirmation du genre

Qui dit étudiant.e dit souvent personne fauchée. En tant que personne trans, on tend à être encore plus à court de moyens financiers. Les frais qu’occasionnent un remplacement graduel ou radical de garde-robe, une épilation définitive, des hormones, une perte de soutien familial, de la discrimination à l’emploi et d’autres joies semblables sont souvent considérables. Pour couronner le tout, les articles d’affirmation du genre tels que les binders, les prothèses mammaires et les gaffs sont souvent très dispendieux et difficiles d’accès. C’est pourquoi le GATUS a créé une ressource de distribution d’articles d’affirmation du genre qui rend disponibles, dans les locaux d’IRIS Estrie, plusieurs produits dont les personnes trans ont spécifiquement besoin, tout cela en échange de contributions volontaires. Toute l’info sur les produits et le fonctionnement de la ressource sont disponibles sur le site web du GATUS : gatus.association.usherbrooke.ca/rdaag/.

Réseau et soutien

La chose la plus importante à retenir est que vous n’êtes pas la seule personne trans à Sherbrooke. Malgré les préjugés sur les régions en dehors de Montréal, Sherbrooke a bel et bien des communautés LGBTQIA, dont une communauté trans qui se porte de mieux en mieux à mesure que des groupes comme le GATUS créent des ressources et instaurent des changements. Elle n’attend que d’autres membres pour s’agrandir et continuer de révolutionner le cistème.


Crédit Photo © Ian Dooley

2 comments

  1. Frédérique Thibault-Lessard 8 septembre 2017 at 14:02 Répondre

    Félicitation, c’est un super cool article! De quel façon pouvons-nous nous impliquer concrètement auprès du GATUS? Y aura t-il une élection pour remplir des postes de gestion lors de l’assemblée générale? Merci! 😀

Laisser une réponse