Guillaume Wagner nous invite à être « plus punk » !

Par Simon RD

Un hymne à la rébellion punk! Le 5 février dernier au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, Guillaume Wagner présentait son spectacle «Du cœur au ventre», où l’humoriste, toujours aussi cinglant et provocateur, livrait une critique sociale intelligente et invitait le public à faire revivre le punk en eux, mais à y retenir plutôt le Viking fauteur de trouble.

Le rapport de l’humain avec lui-même

L’humoriste Guillaume Wagner, aussi confrontant qu’à l’habitude, a traité habilement de plusieurs sujets sensibles, dont nous sommes tous de loin ou de près témoins. À commencer par l’aspect très narcissique de notre société qu’apportent les réseaux sociaux, tel que les Instagram de ce monde. Sans vouloir faire de divulgâcheurs, Wagner se questionne par rapport à la pertinence des selfies sur les réseaux sociaux, parfois accompagnés d’une citation provenant d’un maître spirituel. Pour lui, voir son visage pendant qu’il se prend en photo est assez gênant! Il nous propose donc de redevenir gêné. Cinglant!

Un grand coup de cœur de la soirée est indéniablement lorsque l’humoriste amène une critique sur «la croissance personnelle» et tous ces guides un peu «faunés», souvent bien nantis, qui prétendent avoir la recette secrète du bonheur : une partie du spectacle qui a provoqué plusieurs éclats de rire! L’humoriste Wagner, par son humour, nous confronte au démon de l’égocentrisme dans lequel la société d’aujourd’hui semble être plongée.

Le Viking en nous

Guillaume Wagner personnifie l’idiot en nous, comme un Viking. Autant les hommes et les femmes ont ce Viking, mais évidemment l’homme ne laisse pas sa place. Le Viking en nous, c’est une critique envers l’homme blanc privilégié et ses problèmes, entre autres, de contrôle sexuel. Le Viking de Guillaume Wagner est un peu la nouvelle version du douchebag de ses spectacles d’avant. Il ne faut pas le laisser sortir de nous, car il va nous mettre «dans le trouble»!

La métaphore du Punk

La métaphore du Punk est probablement l’un des grands aspects du spectacle de l’humoriste. À travers plusieurs gags percutants, Guillaume Wagner nous propose de faire sortir le punk en nous et de nous rebeller contre nos démons nourris par une société devenue très individualiste. Il nous invite à redevenir adolescents : le protestataire en nous, celui qui veut, sans le savoir vraiment, sortir du lot. Il nous invite aussi à canaliser nos envies plutôt narcissiques et à nous méfier des discours d’individus un peu bourgeois qui semblent tout savoir sur le bonheur. Dans le fond, comment connaître le bonheur si tu n’as jamais vraiment connu le malheur? Ce n’est pas fou!

L’appel à l’intégrité

Fidèle à lui-même, Guillaume Wagner critique le clan artistique concernant le manque d’intégrité personnelle. Il ne faut pas se leurrer, l’animateur d’Occupation double, Jay Du Temple, y passe. L’humoriste essaie de démontrer l’importance pour les artistes d’être intègres avec eux-mêmes et de ne pas succomber à n’importe quoi pour de l’argent ou la popularité. Comme Wagner l’évoque dans son spectacle, ce n’est parce qu’on ne nous voit pas partout que les affaires ne vont pas bien, mais plutôt le contraire.

Une salle confrontée, mais comblée à la fin

 On dira ce qu’on voudra, malgré les moments de confrontation durant la soirée, la performance de Wagner s’est terminée par un standing ovation !  Guillaume Wagner a un humour intelligent et agréable, mais il faut être prêt à affronter le caractère spontané de l’humoriste. Le spectacle c’est «Du cœur au ventre», durant le spectacle, c’est «des crampes au ventre»!

Partager cette publication

Laisser une réponse