Histoire de jouets 4 : les moins jeunes y trouveront aussi leur compte

Par Marie Vachon-Fillion

Après une trilogie bien accueillie par le public, la série de films Histoire de jouets revient pour une quatrième fois sur grand écran. Alors que peu de films réussissent à offrir un contenu de qualité année après année, l’équipe d’Histoire de jouets relève le défi haut la main. Le Collectif vous fait un compte-rendu de ce film qui plaira à tous et qui est présenté à la Maison du Cinéma depuis le 21 juin dernier!

Difficile d’être à la hauteur alors que des millions d’enfants et de nostalgiques du monde entier seront rivés devant le grand écran pour apprécier le quatrième Histoire de jouets. « Encore un autre! », certains diront. Mais détrompez-vous : la franchise est loin de pousser son dernier souffle.

De nouvelles aventures

Le nouveau long-métrage commence de façon précipitée, alors qu’on retrouve Woody, Buzz et toute la bande dans une mission sauvetage de jouet en péril. Le spectateur, dès les premières secondes, est plongé dans l’univers qu’il connaît bien. Si vous vous souvenez, les jouets d’Andy ont été donnés à la jeune Bonnie dans le troisième film. On suit donc leurs nouvelles aventures dans ce monde tout à fait nouveau pour eux. Histoire de jouets se réinvente à tous les films, et c’est ce qui fait probablement son succès. Mélangeant aventure, rires, pleurs et quelques folies, il n’est pas surprenant que le public soit encore au rendez-vous. 

De nouveaux jouets 

Dans ce dernier film, la création d’un nouveau personnage nommé Fourchette (un jouet confectionné par Bonnie avec des déchets) amène ce petit je-ne-sais-quoi qui fait toute la différence. Déclenchant plusieurs vagues de rire dans la salle, ce nouveau personnage est adorable, attachant et essentiel à l’histoire. Semblant anodin au départ, Fourchette ne vous laissera certainement pas indifférent! 

L’action principale du film se déroule alors que Woody tente de sauver le précieux Fourchette (on s’imagine qu’il est de sexe masculin) kidnappé dans un antiquaire lors d’une fête foraine. La bergère Bo Peep fait son retour telle une vraie Tomb Raider, accompagnée de Giggles, tout droit sortie d’un Polly Pocket. Les nouvelles peluches légèrement démentes et hilarantes Ducky et Bunny sont aussi de la partie, ainsi qu’un motard cascadeur dénommé Duck Kaboom (qu’on accuse un peu de représenter de manière grotesque un Canadien français armé d’un accent très étrange…). Ces nouveaux personnages amènent le film plus loin, assurément!

Alors que les plus vieux pourraient penser qu’Histoire de jouets 4 ne leur est pas destiné, ne soyez pas dupes! La franchise relève encore le défi de pouvoir faire rire et pleurer toutes les générations. Les plus jeunes s’attacheront aux personnages et les nostalgiques qui ont connu les premières versions seront d’autant plus comblés de retrouver tout l’univers qui a bercé leur enfance. Les gags sont rafraîchissants et réfléchis, les moments tendres sont convaincants. On pourrait dire, sans aucun doute, qu’Histoire de jouets est destiné à rester dans nos cœurs pour l’infini… et plus loin encore!


Crédit Photo @ Pixar

Partager cette publication

Laisser une réponse