Les Hotesses d’Hilaire : Machine à party

Par Benjamin Le Bonniec

Le 5 décembre dernier, ils se produisaient sur la scène de La Petite Boîte Noire pour un concert décoiffant sur fond d’alcool et de sueur avec un Serge Brideau (chant et guitare) des grands soirs. Groupe à l’humour débordant et originaire de Moncton (N-B), Les Hôtesses d’Hilaire ont écumé les salles québécoises l’automne dernier. Si le groupe est de retour dans la province dès le printemps, ce n’est pas une surprise tant ces rockeurs acadiens bénéficient d’un bel écho chez nous.

Une légende urbaine acadienne situe la création de cette joyeuse bande de farfelus comiques au détour de l’année 1972. Pourtant, à part Serge Brideau, cet homme à l’apparence caverneuse et malicieuse, ni Mico Roy (guitares) ni Michel Vienneau (basse) ni Léandre Bourgeois (claviers) et encore moins Maxence Cormier (batterie) ne semblent à peine dépasser la trentaine. Mais c’est bien au son d’un rock aux accents seventies et psychédéliques que Les Hôtesses d’Hilaire incitent le monde au party. À ses mélodies à la festivité assumée, la bande de Serge détonne par des textes empreints d’humour et de légèreté sans tomber dans l’écueil du gonflant.

Avec son troisième album sorti à la fin du mois d’octobre Touche-moi pas là, le groupe a pris un nouvel élan et n’en finit plus de se produire des Maritimes jusqu’en Ontario. Dans les onze pièces joyeusement rock, le groupe s’attarde sur des thèmes entremêlant la politique (loin des vieilles rengaines des Cowboys Fringants) et le social. Perspicaces sans être subtils, les cinq énergumènes tranchent avec ce qu’il se fait habituellement au Nouveau-Brunswick. On est loin de la country francophone de Lisa LeBlanc et à 10 000 lieux de Roch Voisine. Cet album donne envie de frétiller, de gesticuler dans son salon et en spectacle, c’est sur fond d’alcool que les sensations prennent un tout autre tournant.

Grâce à la présence scénique du grand Serge (qui finit en général tout proche du simple appareil) et à des musiciens inventifs, le rock alternatif des Hôtesses d’Hilaire a tout pour plaire. Rien qu’à jeter un coup d’œil à leur programme des mois à venir, il semblerait qu’on ne soit pas les seuls. Galaxie les a dégotés pour leur première partie au 25 ans de CISM samedi dernier et on va les retrouver rapidement à l’Anti-Bar de Québec, avant une virée montréalaise pour une date au Divan Orange et une autre au Quai des Brumes, puis un show qui sera certainement houblonné à la brasserie Trou du Diable de Shawinigan. Ce sera ensuite Lafayette aux États-Unis, Paris pour la Fête de la Musique qui mettra cette année le Canada à l’honneur et enfin Québec pour son traditionnel Festival d’été.

Pour plus d’information sur cette bande de vieux bougres, rendez-vous au www.leshotessesdhilaire.com!


Pour lire l'éditorial de notre chef de pupitre culture, Benjamin Le Bonniec, cliquez ici!

Partager cette publication