Il faut se souvenir pour grandir

La nouvelle année amène le deuil d’une autre. Je crois qu’il est important de se

souvenir, quelles que soient les choses qui nous ont marqués, et de ne pas

oublier. On ne tourne pas véritablement une nouvelle page, on innove.

 

Par Andrée-Anne Roy

 

Au revoir, 2015!

L’année 2015 fut une année où on a reproché à plusieurs de ne pas s’exprimer sans

filtre et de peser ses mots. Je pense par exemple à l’article de Sophie Durocher, paru

à la fin décembre, qui fut maintes fois critiqué, entre autres sur le Buzz Bonin. En

effet, on pouvait y lire la phrase suivante : « Quand je regarde l’année 2015 et que je

me demande ce qui a marqué les 52 dernières semaines, la réponse est assez

évidente. C’est l’année où on ne peut plus rien dire. » Cette phrase qui a sûrement

déçu plus d’un journaliste m’a plutôt surprise. Il faut dire que la censure, on la crée,

on la laisse nous traverser l’esprit, mais personne ne choisit pour nous ce qu’on ose

ou pas mettre sur papier.

 

Plusieurs événements tragiques de la dernière année ont mis le doute dans le cœur

des gens. Les opinions ne peuvent être brimées que par quelques individus

insatisfaits. Dites-vous que personne ne vous empêche de respirer, de marcher, ni

de vous exprimer. Je crois aussi que tout journaliste a le droit d’exercer son travail

sans vivre dans la peur.

***

 

Bonjour, 2016!

Quand on pense à la nouvelle année, on pense toujours à « résolutions », et c’est ce

qui m’attriste. Comme si on avait vraiment besoin de changement à tout prix! Mes

résolutions à moi : rester moi-même et justement, ne pas trop changer! Est-ce trop

demander que de rester bien dans ses petites habitudes? Le mois de janvier est

souvent pour nous le mois de l’année où l’on se force à avoir plus de motivation qu’il

en faut pour passer à travers le froid de l’hiver, mais ce n’est pas le retour au gym

qui fera de vous une meilleure personne. Pensez au maintien de vos valeurs et vous

serez sûrement mieux servis qu’en comptant les calories. La volonté ne vient pas en

boîte et n’a pas de date d’expiration, elle est là, en vous.

 

Il est toujours possible de voir le changement comme une innovation, comme un

moyen de se surpasser sans pour autant être différent. Une nouvelle année, c’est

toujours le moyen de tourner la page sur de beaux ou de mauvais moments, mais

l’important c’est de ne pas oublier.

 

Je trouve toujours absurde de mettre une date précise sur un événement qui

pourrait se trouver à n’importe quel autre moment. Je m’explique. Pourquoi

célébrer le 31 ou le 1er janvier? Ce sent-on réellement des êtres renouvelés le 2? Je

me sens beaucoup plus pleine de toute la nourriture ingurgitée durant le congé des

fêtes que changée. On n’a pas besoin d’une journée particulière dans l’année pour se

donner un bon coup dans le derrière! Eh non, 364 autres jours n’attendent que ça...


Crédit photo © Vicky Tous les jours de ma vie

Partager cette publication