J’ai (presque) hâte d’être dans ma semaine

Par Audrey Bacon Giffard

Que celle qui n’a jamais oublié de s’apporter un tampon lance la première pierre! Négliger de trainer nos tampons ou nos serviettes hygiéniques de rechange est un classique qui ne se démode pas. Depuis presque un an, cependant, je ne suis plus très à la mode... Non! J’ai décidé de faire le virage Diva Cup, soit une des meilleures décisions de ma vie (directement dans mon top 5).

Les coupes menstruelles* ne datent pas d’hier, mais c’est grâce à The Diva Cup qu’elles ont pu gagner en popularité. En fait, le seul bémol avec la Diva Cup, c’est qu’il n’y a pratiquement aucun plaisir possible à argumenter ses pour et ses contre puisque ces derniers sont inexistants.

C’est dans les années 30 et 40 que les premières coupes menstruelles font leur apparition, mais elles ne connurent pas la notoriété espérée, principalement à cause de la pudeur des femmes de l’époque (les doigts dans le vagin, c’est non) et à la pénurie de caoutchouc (la Seconde Guerre mondiale aussi, c’est non). De plus, les tampons avec applicateurs firent leur entrée en marché et volèrent instantanément la vedette.

Il fallut attendre jusqu’en 1987 pour avoir une coupe menstruelle en caoutchouc semblable à celles présentement sur le marché, et jusqu’en 2001 pour avoir la fameuse Diva Cup, celle-ci faite de silicone. C’est en voulant concevoir un produit d’hygiène personnelle confortable et personnel, mais surtout plus sain et plus écologique, que Francine Chambers et sa fille Carinne créèrent la Diva Cup.

Les avantages du port de la coupe menstruelle sont bénéfiques non seulement pour les personnes menstruées (et leur portefeuille), mais aussi pour l’environnement. Voici donc une liste non exhaustive de mes caractéristiques favorites de la Diva Cup :

− Confortable (parfois j’oublie que je la porte, sans blague)

− Réutilisable et durable (un an au minimum si vous en prenez soin)

− Douze heures de protection sans fuite (c’est vrai, croyez-moi)

− Écologique (bye mes 250 tampons/serviettes par an, bye suremballage, bye produits chimiques, bye déchets!)

− Économique (30 $ sur le coup, mais plus rien le reste de l’année)

− Pas d’humidité (vivez sans crainte d’une vaginite surprise)

− Pas d’assèchement ou d’absorption de la flore vaginale (une flore en santé, c’est oui)

− Hermétique (donc pas d’oxydation du sang, donc pas d’odeurs)

Les mauvaises langues diront qu’aucun inconvénient, « c’est impossible! », et je dois leur donner raison. Effectivement, dans la liste des inconvénients, il est nécessaire de noter que les personnes menstruées devront toucher à leur vagin. De plus, elles devront avoir accès à de l’eau pour rincer leur coupe après usage. Bien sûr, nous savons tous et toutes que les salles de bain sans eau courante sont les fléaux de notre société occidentale. Celles qui sont allergiques au silicone devront se procurer une autre marque de coupe menstruelle que la Diva Cup et donc investir du temps pour faire des recherches et s’informer. Tout ceci sans tenir compte de l’inconfort possible de la tige pour certaines personnes, qui devront alors la couper par elles-mêmes à la longueur désirée.

Pour ceux et celles qui auraient détecté un soupçon de mauvaise foi dans cette énumération, c’est vraisemblablement parce que tous les inconvénients du port de la coupe menstruelle n’en sont pas réellement. Ce ne sont pas des inconvénients, seulement des excuses.

Et toi, c’est quoi ton excuse?

* Coupe menstruelle : coupe en forme d’entonnoir, le plus souvent en silicone, qu’on insère dans le vagin lors des menstruations pour recueillir l’écoulement menstruel et en disposer par la suite.


Crédit photo © Youtube

1 comment

  1. Léna 3 mars 2017 at 11:38 Répondre

    Arf, sympa de voir encore une convaincue 😉
    Perso, je ne reviendrai jamais aux tampons, c’est impossible !
    En revanche, la Diva n’est pas celle que je préfère perso, mais après on est toutes différentes 😉
    Longue vie de cuppeuse alors !
    ++

Laisser une réponse