J'arrête la procrastination... demain

Par Alexanne Laplante

Comme chaque début de session, bon nombre d’étudiants se promettent d’arrêter de procrastiner, de ne plus attendre à la dernière minute et de tout faire au fur et à mesure...sans grand résultat. Si vous vous êtes déjà dit : « Mon projet de fin de session est à remettre demain matin ? Je devrais regarder la trilogie version longue du Seigneur des Anneaux avant de m’y mettre », vous êtes peut-être un retardataire chronique...

La procrastination est un phénomène de plus en plus étudié. D’après les recherches d’un professeur de psychologie à l’Université de Calgary, 5% des Américains considéraient souffrir de procrastination chronique en 1978 contre 26% en 2007. Les raisons qui poussent les gens à remettre à plus tard sont nombreuses, mais la principale cause de l’essor semble évidente : la technologie. Pensez à ce qui vous distrait le plus pendant vos études. Le cellulaire ? Facebook ? Netflix ? Reddit ? Voilà.

D’après une étude parue dans le Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, le cerveau des procrastinateurs serait constitué différemment, ce qui causerait un problème d'entrain et de concentration lorsque vient le temps d'effectuer certaines tâches. Encore merci à la science de nous défendre ! La conclusion scientifique excuse peut-être la manie de toujours remettre à plus tard, mais ne règle pas le problème. Anciennement procrastinatrice de premier choix, je crois en être guérie grâce à quelques changements à ma routine étudiante.

Se déconnecter temporairement des réseaux sociaux

C’est connu, Facebook est un ennemi juré de l’étude et de la productivité. Un petit coup d’œil se termine souvent en plusieurs minutes de déroulement du fil de nouvelles. Plusieurs étudiants prennent dorénavant l’habitude de désactiver temporairement leur compte en période d’examen. On emploie les grands moyens !

Pour ceux qui se retrouvent dans ma situation, où Facebook est un outil de communication professionnel et qui ne peuvent se permettre de quitter le réseau social pour quelques semaines, d’autres outils tout aussi efficaces existent. Par exemple, sur Mac, une application nommée SelfControl permet à l’utilisateur de bloquer certains sites web pendant une période de temps donnée.

Utiliser un agenda pour vrai

L’utilisation d’un agenda est fort utile pour noter son emploi du temps, mais également pour planifier ses échéanciers. Pour quelqu’un qui a de la difficulté à calculer la charge de travail requise pour une tâche et qui se retrouve souvent dans une situation de dernière minute, la planification des étapes d’un travail s’avère presque indispensable. Bref, il faut laisser tomber les « c’est juste à remettre dans deux semaines » et s’y mettre le plus tôt possible afin d’éviter les mauvaises surprises (et l’abus de nuits blanches propulsées à la caféine)!

Éliminer toute forme de distraction

Éteignez la télévision et votre téléphone. Personnellement, je dois sortir étudier ailleurs que chez moi, sinon je trouve toujours quelque chose pour m’en sauver. La litière du chat, laver les planchers, classer le garde-manger...les tâches ménagères non-urgentes sont comme une excuse anti-culpabilité. Dans un endroit comme la bibliothèque ou un café, la tentation de faire autre chose est moindre, et la productivité ne peut être qu’accrue !

C’est surprenant toute la productivité qui émane de ces quelques ajustements. Juste à temps pour attaquer la nouvelle session !


Crédit photo © riaugreen.com

Partager cette publication