Je découvre les sports - Le hurling: le sport le plus rapide sur gazon

Kilkenny v Dublin - Bord Gais Energy Leinster GAA Hurling Under 21 Championship Semi-FinalDes mains fracturées, des nez ensanglantés, de solides contacts aériens, de nombreuses contusions... le hurling demande résistance et résilience. Il ne faut toutefois pas s’y méprendre : tout comme pour le rugby, un sport complexe se cache sous cette apparente brutalité.

Par Jean-Philippe Ouellette

Les balbutiements du hurling remontent à environ trois mille ans, en Irlande. Si tous ne s’entendent pas sur son histoire exacte, le hurling est unanimement considéré comme le jeu de terrain le plus vieux d’Europe. Guerres interrégionales organisées, ces affrontements à grande échelle ne devaient pas être très loin des combats de la Terre du Milieu!

Le troisième sport le plus pratiqué en Irlande est entré dans l’ère « moderne » vers le septième siècle. On serait pourtant porté à penser que le hurling est plus récent tellement il fait écho à d’autres sports : les buts rappellent le soccer et le rugby (on y reviendra plus loin) alors que le hurley sert autant de crosse, de hockey sur gazon que de bâton de baseball.

Un sport à grand déploiement

Au hurling, une trentaine de joueurs foulent un gazon de 130 mètres par 90 mètres. Chaque équipe aligne ainsi un gardien, six défenseurs, deux milieux de terrain et six attaquants. Une partie se sépare en deux mi-temps de 35 minutes ou de 30 minutes.

Les points sont comptés dans un but en forme de H. La partie inférieure, défendue par un gardien, fait office de but de football alors que le haut forme un espace similaire à celui entre deux poteaux au football américain ou au rugby. Marquer au-dessus de la barre transversale procure un point à l’équipe tandis que déjouer le gardien de but offre trois points.

Rapide et dangereux

Les joueurs de hurling se disputent le sliotar (une balle grosse comme au tennis et dure comme au baseball) à l’aide d’un hurley (une crosse en bois similaire à celle de hockey sur gazon). Le sliotar, assez contondant pour faire des ravages, est constamment projeté dans les airs à hauteur de visage. C’est pourquoi le port du casque a été instauré avec succès en 2010, diminuant significativement les blessures.

Lors des dégagements, la balle peut atteindre les 110 km/h et parcourt une centaine de mètres, soit presque tout le terrain. Tout est bon pour que voyage le sliotar : passes avec les pieds, frappes de baseball avec le hurley, etc. La rapidité des dégagements s’additionne à l’absence de hors-jeu, faisant du hurling un sport au tempo particulièrement endiablé.

Les plus courageux attrapent les balles au vol avec leurs mains, à risque de se faire heurter peu délicatement par le hurley dun adversaire. Une fois la balle en main, les joueurs du hurling ont droit à quatre pas, après quoi ils doivent dégager ou faire un solorun, qui consiste à courir avec le sliotar en équilibre au bout du hurley. Les coups d’épaule sont encouragés afin de récupérer la balle de l’opposant. Autant dire qu’un attaquant n’est pas au bout de ses peines une fois qu’il est en contrôle du sliotar.

Pour les intéressés, de nombreuses vidéos sont disponibles sur Internet pour se familiariser avec ce sport. Vous découvrirez alors que les hockeyeurs, quoique très courageux, pratiquent un sport en fin de compte plutôt douillet!

Partager cette publication