Par Judith Doré Morin

Le 29 janvier dernier, Jérémy Demay a grimpé sur la scène du Centre culturel afin de partager sa joie de vivre avec le public de l’Estrie. Il est possible d’affirmer qu’après trois années à sillonner les routes du Québec afin de présenter son deuxième spectacle solo, Vivant, c’est une tournée qui se termine en beauté pour l’humoriste.

Être vivant, c’est avant tout s’accepter. C’est d’accepter qui nous sommes, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’est d’accepter pleinement sa sexualité. C’est d’accepter que la vie résulte des choix que nous faisons. Être vivant, c’est aussi d’accepter que le corps vieillisse et que la mort soit inévitable.

Un hymne à la vie

« Peu de gens vivent, la plupart ne font qu’exister. » Ce sont ces mots d’Oscar Wilde qui inspirent Jérémy Demay à se questionner sur ce que cela signifie d’être vivant. Sur scène, avec une présence charismatique et énergique, l’humoriste aborde sans malaise une panoplie de thématiques inhérentes à la vie : les activités de couple, les rendez-vous chez le médecin, la masturbation, les voyages dans le Sud et les « jokes de mononcle ». Tout au long du spectacle, le Québécois d’adoption interagit avec l’assistance, notamment avec ces jeunes et vieux couples qu’il affectionne particulièrement.

De l’essai de cercueils à la transmission de ses biens aux enfants qu’il aura un jour, Jérémy Demay choisit de rire de la mort, sujet qu’il croit être le plus tabou de l’histoire de l’humanité. Il considère que c’est à travers elle, de son expérience, qu’il est possible de se sentir plus vivant. La mort, il y a fait face à l’âge de huit ans lorsque son père a succombé à une crise cardiaque : « Il a eu une belle mort, mon père, en faisant ce qu’il aimait. C’est un peu comme si Donald Trump mourait en tweetant une insulte. »

Humour, musique et littérature

C’est en 2008, lors du Grand Rire de Québec, que Jérémy Demay fait ses débuts sur la scène québécoise. En 2013, il offre au public un premier spectacle, intitulé Ça arrête pu d’bien aller. Près de 100 000 billets sont vendus. En plus de la scène, il partage sa joie de vivre et ses bêtises à travers de nombreuses implications à la télévision et en ligne.

L’humoriste à l’énergie contagieuse est également compositeur et auteur. Son amour de la musique, il le partage à travers son spectacle Vivant, lequel se conclut au piano, avec une chanson qu’il a composée en collaboration avec Alex Nevsky. En 2015, il lance son premier manuscrit, La Liste, à travers lequel il revient sur la dépression qu’il a vécue lors de son arrivée au Québec et qu’il considère aujourd’hui comme un passage obligé. Ce livre, qui offre également des outils pour réussir dans la vie, devient rapidement un livre à succès dans la province. Cela encourage Jérémy Demay à publier La Suite en 2018 et La Vie en 2019, lesquels connaissent tous deux un succès auprès du lectorat québécois.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *