La Chronique Verte {2}

Par Rachel Genest

Être écologique passe aussi par notre mode de consommation. Surconsommer ne rime pas avec environnementaliste. Pour vivre, le corps à besoin de manger, boire, dormir, se vêtir; certains étudiants ajouteront, avoir des prêts et bourses!

Une fois ces besoins comblés, nous avons tendance à vouloir en combler d’autres, plus superficiels. Nos sociétés encouragent la consommation pour faire rouler l’économie disent-elles. Les compagnies fabriquent du prêt à jeter pour prétendument faciliter notre existence et pour fidéliser leur clientèle. Rasoirs, couches, serviettes sanitaires, tampons et protège-dessous, brosses à dents, éponges pour le corps, mouchoirs en papier, etc. sont-ils tous indispensables? Non.

Le rasoir électrique est une option très écologique. Pendant des siècles, les mères de ce monde ont utilisé des couches lavables. Pourquoi ne pas suivre cet exemple et tenter de rendre les enfants propres plus tôt? Mesdames, nous sommes au xxie siècle, passez donc à la Diva Cup. Fini les serviettes sanitaires et tampons. Votre vie en sera tellement simplifiée et surtout, cela fera plus d’argent dans vos poches chaque mois; la Diva Cup dure des années. Il existe des protège-dessous lavables que l’on trouve facilement à l’ÉcoloBoutique.

La fameuse brosse à dents peut être troquée par son homologue écolo, c’est-à-dire une qui est fabriquée en bambou. Nous devons certes la remplacer, mais au moins, elle est compostable. Je suis de celle qui ne pouvait se passer de son éponge pour le corps, pensant que mon corps serait plus propre. La publicité nous fait tellement croire n’importe quoi parfois. Maintenant, je me savonne directement à partir de la barre de savon. Je me suis dite: je me lave les mains de cette manière, pourquoi pas mon corps? Un peu plus écologique de jour en jour et un peu plus d’argent dans mes poches. Lorsque j’étais jeune, je voyais mon grand-père sortir son mouchoir en tissu de sa poche de pantalon pour se moucher. Je trouvais ce geste normal, mais je n’ai pas répété l’expérience jusqu’à mes 31 ans. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Selon moi, il est faux de croire que le prêt à jeter facilite la vie. En fait, acheter tous ces produits est une corvée. Si nous oublions tel ou tel article, nous devons retourner au magasin, ça coûte très cher et surtout, nous devons passer notre temps à sortir les poubelles remplies par ces déchets qui ne sont ni recyclables ni compostables.


© Rodrigue Turgeon