La distanciation sociale au bout du fil

L’actuelle pandémie du coronavirus (COVID-19) constitue une réalité inhabituelle qui peut affecter plusieurs personnes sur le plan psychologique. En effet, plusieurs Québécois rapportent, depuis le début de cette pandémie, un sentiment croissant et constant de stress, d’anxiété, de déprime et de solitude. Ça va bien aller est un message d’espoir. Comme on dit « après la pluie, le beau temps ». Mais, qu’en est-il du « pendant » ?

 

Par Maïa Dakessian — avant tout, bénévole - Cofondatrice du concept 

Finissante en neurolinguistique à l’Université de Montréal

 

Le projet étudiant La distanciation sociale au bout du fil ! a pour objectif d’offrir un certain support lors de cette pandémie à une population particulièrement vulnérable : les personnes âgées. 

 

Le projet étudiant de jumelage téléphonique permet à des étudiantes et étudiants, affiliés à une institution québécoise d’enseignement collégial ou universitaire, de s’impliquer dans leur communauté pendant le confinement. La formule est simple, mais efficace : les étudiantes et étudiants sont jumelés à une personne âgée et discutent avec elle une à quatre fois par semaine. Ces appels durent, selon leurs préférences, entre quinze et vingt minutes. Le respect, la bienveillance, la confiance, l’empathie et l’écoute sont des valeurs au cœur de la mission de ce projet étudiant.

 

L’écoute étant primordiale, les bénévoles pourront offrir leur temps pour discuter avec les personnes âgées (sans toutefois invalider leur sentiment de solitude). Le projet de jumelage téléphonique se veut une initiative sociale et communautaire. Notre équipe est disponible afin de démontrer aux personnes âgées que, même si elles se sentent seules, elles peuvent compter sur une communauté étudiante bienveillante, disponible et solidaire. La détresse et l’espoir peuvent coexister. Les bénévoles sont là pour montrer aux personnes âgées qu’il est normal de se sentir anxieux et inquiet face à des situations imprévisibles, mais que de petits gestes, tel un appel, peuvent aider à les soutenir lors de ces temps difficiles.

 

Toutefois, il est important de comprendre que les bénévoles ne sont pas des thérapeutes et ne peuvent pas enrayer totalement la solitude, l’isolement, l’anxiété ou la détresse que certaines personnes âgées peuvent sentir. 

 

Le projet connait déjà un beau succès. Selon certains participants, les appels des bénévoles égayent leur journée, comme de petits rayons de soleil.  

 

« L’isolement chez nos personnes âgées a toujours été un enjeu présent dans la société auquel on devrait s’attarder davantage. »

– Audrey Anne Desjardins – Étudiante en médecine à l’Université de Montréal

 

« Aux étudiants ; impliquez-vous si le bien-être de votre communauté vous passionne. Souvent, nous avons tendance à sous-estimer l’impact qu’on peut avoir sur les personnes autour de nous. »

– Kiana Lebel – Étudiante en médecine à l’Université de Sherbrooke

 

« L’esprit d’entraide typiquement québécois ressort durant cette crise. On voit chaque jour de nouveaux projets et initiatives. »

– Thomas Allard – Étudiant en médecine à l’Université de Sherbrooke

 

« L’isolement est difficile tant sur le physique que sur le mental. C’est notre union et notre travail d’équipe qui nous permet d’avancer et de comprendre que “ça va aller” ». 

– Mohamed Mawassi —Je veux donc je peux, Résident 1 en psychiatrie

 

« Lorsque je leur ai parlé de ce projet, plusieurs de mes étudiants se sont sentis interpellés. Je suis fière de constater à quel point la jeunesse a à cœur le bien-être de ses aînés. »

Marie-Ève Sens – Doctorante en psychologie du travail et des organisations,

Chargée de cours, Université de Montréal

 

Si vous aussi vous désirez vous impliquer au sein de votre communauté, nous serons ravis de vous compter parmi nous. D’ailleurs, tous les membres de ce projet sont bénévoles. Comme quoi la distanciation sociale ne peut rien contre la solidarité !

 

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre site web

 

L’équipe du projet étudiant La distanciation sociale au bout du fil ! (DSBF)

Partager cette publication

Laisser une réponse