La mousse de notre nombril

Par Lydia Santos

Quand on étudie dans une université, on s’y attache. Enfin… j’ose espérer! On y passe tellement d’heures, comment pourrait-on ne pas s’y sentir un peu comme chez nous? Même si l’on a étudié dans plusieurs universités, ou outre-mer, connaissons-nous vraiment l’établissement qui nous héberge le temps de notre parcours? Nul n’est le but de se regarder le nombril, mais il est toujours bon de savoir d’où on vient et où on va. Voici donc un bref historique de l’Université de Sherbrooke.

Sans la nommer, j’ai déjà étudié dans une autre université au Québec avant de venir terminer mes études ici. Je connaissais un peu mes pavillons : en fait, les couloirs qui menaient aux salles de classe et pas vraiment plus... J’y allais plusieurs fois par semaine, sans connaître l’histoire de l’établissement ni de mon programme. Alors, au risque d’être redondante, puisque la rentrée est relativement encore fraîche, j’ai cru bon rapatrier l’essentiel historique de l’UdeS.

À défaut de ne pas pouvoir voyager dans le temps pour en apprendre davantage sur notre université, j’ai dû emprunter les informations sur le site Internet officiel de l’UdeS. C’est l’endroit actuel qui nous permet de savoir toute l’histoire!

Le tout débute le 4 mai 1954. L’Université de Sherbrooke découle du Séminaire Saint-Charles-Borromée de Sherbrooke. Quelques années plus tard, en 1960, l’UdeS se détache « physiquement et administrativement » du séminaire.

Les premières facultés à accueillir des étudiants sont celles des arts, des sciences et du droit. Par la suite, on le vit encore de nos jours, l’Université ajoute, modifie et abolit de nouveaux programmes. Les développements se font progressivement afin de combler la communauté étudiante de l’Estrie, du Québec et d’ailleurs.

Les ancêtres facultaires

C’est en 1955 que voit le jour la Faculté d’administration. Cependant, cela n’était pas son nom à l’époque. En fait, il était question de la Faculté de commerce.

Puis, en 1961, c’est au tour de la Faculté des sciences de l’éducation d’ouvrir ses portes aux futurs enseignants.

En ce qui concerne la Faculté de médecine, c’est à l’automne 1966 qu’elle « accueille ses premiers étudiants ». L’année 1966 correspond également à l’ouverture de la Faculté de théologie.

À l’origine, en 1968, la Faculté de génie que nous connaissons aujourd’hui a été inaugurée avec le nom de Faculté des sciences appliquées.

Quelques années plus tard, en 1974, c’est au tour de la Faculté d’éducation physique et sportive d’ouvrir ses portes.

Les facultés d’hier à aujourd’hui

Si vous êtes assoiffés, intrigués, curieux, que vous en pouvez pu de ne pas connaître l’historique détaillé de votre fac, sachez que cela est possible. En effet, rendez-vous sur le site de l’Université de Sherbrooke, en bas complètement, dans la section L’Université de Sherbrooke, sélectionnez le quatrième lien : UdeS en bref. Ensuite, choisissez Histoire de l’Université de Sherbrooke. À partir de là, vous pouvez naviguer parmi les onglets des différentes facultés.

Cela est vraiment intéressant, car le contenu comprend l’histoire facultaire, le développement, la restructuration, les obstacles rencontrés, ce que l’avenir réserve, et plus encore!

Bref, connaître la base de l’histoire de notre établissement universitaire est un peu comme la mousse de nombril : on en a tous (probablement) déjà vu, mais on ne sait pas trop d’où elle provient. Connaître les racines de notre université aide au prolongement de sa mémoire au sein de la collectivité. Tout un chacun fait partie de son histoire, et à sa façon.


Crédit photo © memoire.ooreka.fr

Pour lire l'éditorial de la chef de pupitre Campus, Lydia Santos, cliquez ici!

Partager cette publication