La musique comme outil de dénonciation

Par Rayane Baïtiche Parent

Le Collectif s’est entretenu avec le groupe de musique Excavation et poésie. Afin de protéger leur identité, les membres du groupe ont choisi d’emprunter des noms fictifs soit Louis Boréale et Ben Dussaule. Il est possible d’écouter leurs chansons de style bluegrass, folk/funk « sale » sur leur page Facebook.

Un parcours en psychologie

Ces artistes ont suivi un parcours en psychologie qui leur a permis d’acquérir des habiletés d’introspection ainsi qu’un éventail de mots pour s’exprimer sur les maladies mentales. Louis Boréale croit que sa profession « lorsqu’elle est bien pratiquée et comprise, ne se doit pas d’étiqueter les gens avec des troubles mentaux du DSM [manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux]. Malheureusement, dans notre société, nous essayons sans cesse de catégoriser tous les gens qui sortent minimalement d’une courbe normale. Et puis, c’est quoi une courbe normale de toute façon? » Leur parcours en psychologie leur apprend à accepter avec empathie le vécu et le témoignage des gens et ce, peu importe qui ils sont. Le domaine de la psychologie en parallèle avec un baccalauréat en étude féministe et justice sociale à l’Université McGill a amené Louis Boréale à nuancer ses propos, à se questionner et s’il le faut, à critiquer.

L’inspiration lyrique

Le groupe Excavation et poésie explore des sujets tels que la culture masculine, la culture du viol, le discours du sexe, le consentement, la surmédication, l’étiquetage prématuré des troubles psychologiques, sans oublier l’amour. Les artistes critiquent, de surcroît, l’emprise que les services de santé publique ont sur la vie des gens. Qui plus est, le groupe dénonce l’impact des étiquetages de troubles psychologiques pour les personnes qui ont des différences neurologiques. Globalement, ce groupe touche à des sujets qui, selon eux, ne sont pas assez remis en question dans nos sociétés occidentales. L’inspiration lyrique vient souvent à la suite de peines, de blessures, de colère et également de bonheur auxquels les artistes s’abandonnent afin de trouver une voie à leurs chansons.

Prudence pour ne pas s’immiscer dans la vie des victimes

Le groupe essaye d’être prudent pour ne pas s’ingérer dans la réalité des gens qui peuvent vivre des expériences négatives en lien avec les sujets parfois délicats que le band aborde. Voici un extrait de la chanson Discours du sexe, qui relate la culture masculine et la culture du viol : « Culture du viol, patriotisme, c’est ce qu’on apprend à nos petits gars, avec une tape dans le dos, en connaissance d’incongruence, on encourage l’ambiguïté, et on décourage l’honnêteté, chut, chut, ton silence, faudrait pas faire de faux accusés. » Par ailleurs, dans la chanson TDAH, qui parle de diagnostic prématuré, le groupe se sert des témoignages plutôt que d’assumer que toutes les personnes vivent la même réalité par rapport à cette étiquette.

Quelles réactions le groupe souhaite-t-il générer chez le public? 

Excavation et poésie souhaite faire évoluer les discussions ainsi qu’amener les gens à se questionner sur des vérités que la société oublie parfois de déconstruire. Plus encore, le groupe souhaite créer des espaces de discussion via l’univers musical dans l’optique que des sujets polémiques peuvent être défendus dans un espace sain et créatif.

Spectacle

Ben Dussaule et Louis Boréale seront en spectacle au Shazamfest en folk (Ayers Cliff) le 19 mai à midi et ils seront également présents au Bar le Magog le 9 juin à 21 h.


Crédit Photo @ Rayane Baïtiche Parent

Partager cette publication