Crédit: Josiane Demers 

Ce sont plus de 35nageurs et nageuses qui se sont réunis mardi matin le 1erseptembre à 6 h pour plonger dans l’eau du bassin de 50m au centre sportif Yvon-Lamarche. L’équipe de natation du Vert et Or est désormais de retour à l’entraînement, cette fois, avec quelques changements dans la routine. 

 Par Alizé Cassivi 

 

Les consignes sociosanitaires respectées 

 Bien que la natation soit un des sports universitaires les moins à risque quant à la propagation de la COVID-19, les nageurs universitaires se sont assurés, jusqu’à maintenant, de respecter les mesures. 

 En début de saison, leur entraîneur, David Bruandeta été formel: aucun cas ne pourrait survenir, sans quoi les entraînements seraient annulés. Par conséquent, les athlètes se promènent sur le bord de la piscine, pratiquement dénudés, mais masquésLe masque peut être enlevé uniquement au moment de l’entrée à l’eau.  

 L’entraîneur a aussi averti ses nageurs face aux rassemblements, les déconseillant fortement. Ce dernier exige que ses nageurs se tiennent à une distance de deux mètres, et ce, même lorsqu’ils sont dans l’eau. Ils doivent ainsi partir des extrémités de la piscine pour effectuer leurs longueurs afin d’éviter de petits rassemblements au mur.  

 

La COVID-19 et le chlore  

 Dans l’eau, le risque d’attraper la SARS-Cov-2 est faible. En effet, la famille des coronavirus est plutôt sensible «aux effets des oxydants» selon l’Institut national de la santé publique. Le chlore utilisé dans les piscines permettrait donc une incertaine protection face au virus. Cependant, il n’y a pas que le chlore dans les piscines qui influe sur la survie de la COVID-19. La température et le type d’eau ont aussi leurs rôles à jouer.  

 «Comme pour l’eau potable, les concentrations de désinfectants (ex. : chlore, brome) utilisés pour traiter l’eau des piscines et des autres bassins artificiels, tel que le prescrit le Règlement sur la qualité de l’eau des piscines et autres bassins artificiels (RQEPABA), devraient être en mesure d’inactiver les coronavirus dont le SARS-CoV-2», toujours selon le même institut.  

  

Le déroulement de la saison encore inconnu 

 La saison pour les athlètes universitaires s’annonce plutôt mystérieuse. Les universités ne connaissent pas encore la décision du RSEQ qui donnera davantage d’informations, le 14septembre, sur le déroulement de la saison.   

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *