L’âge d’or du tennis

Par Charles Ferron

Les finales de Wimbledon ont donné encore cette année des frissons à tous les amateurs de tennis avec la présence simultanée des légendes comme Federer, Nadal, Djokovic et Williams dans le carré d’as.

Il y a à peine 15 ans, il était impensable de voir le tennis être dominé par des athlètes dans la mi-trentaine. Dans toute l’histoire des tournois du Grand Chelem, seulement Ken Rosewall, Andres Gimeno et Andre Agassi avaient réussi à emporter la victoire dans un championnat majeur après 31 ans. Pourtant depuis quelques années, Federer, Nadal, Djokovic et Williams ont fait mentir cette statistique en gagnant chacun plusieurs majeurs à cet âge. Dans le cas de Federer et Williams, ils se rapprochent de la quarantaine et performent encore.

Ce n’est pas la première fois que ces quatre joueurs réécrivent l’histoire du tennis. Federer (20), Nadal (18), Djokovic (16) devancent déjà Pete Sampras (14) au 4e rang de tous les temps pour le nombre de victoires en Grand Chelem et se retrouvent maintenant dans une lutte à trois pour la première place. Quant à Williams, elle totalise 23 titres, un seul derrière Margaret Court.

Les bris d’égalité font la différence

À la suite d’un 40e duel entre Nadal et Federer, c’est finalement le Suisse qui a mérité sa place dans la rencontre ultime contre le numéro 1 mondial, Novak Djokovic. L’affrontement n’a pas déçu. Après 4 h 57 de jeu, le Serbe a remporté la plus longue finale de l'histoire de Wimbledon 7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12. Djokovic a su lever son niveau d’un cran au bon moment en arrachant à Federer les trois bris d’égalité du match. À 8-7 au cinquième set, il a même réussi à sauver deux balles de championnat pour continuer la rencontre.

En plus d’être enlevant jusqu’à la fin, ce duel marqua la première utilisation du super tie-break à Wimbledon. Cette nouvelle règle avait été mise en place à la suite du tournoi de l’an dernier où John Isner et Kevin Anderson avaient dû jouer une manche ultime de 26-24 en demi-finale. Rappelons que Isner avait également effectué une cinquième manche de 70-68 en 2010 au même tournoi.

Serena devra attendre

Du côté des femmes, la rencontre fut moins palpitante que prévu. Williams a dû s’incliner 6-2 contre Simona Halep, qui, même si elle était une ancienne numéro 1 mondiale, en était à sa première participation à la finale de Wimbledon. Williams devra donc attendre au US Open dans six semaines pour tenter de rejoindre Court et conquérir son premier championnat majeur depuis son accouchement.

En double masculin, Juan Sebastián Cabal et Robert Farah ont remporté la finale en 5 manches serrées. Chez les dames et les mixtes, les partisans ont pu assister à deux victoires expéditives en deux manches du duo Sua-Wei/Strýcová et Yung-Jan/Dodig respectivement.

Place à la coupe Rogers

Après Wimbledon, les prochains championnats d’importance du circuit de l’ATP et de la WTA auront lieu à Montréal et Toronto du 3 au 11 août. Le stade IGA aura droit, cette année, à plusieurs vedettes montantes masculines dont, notamment, Félix Auger-Aliassime, Milos Raonic et Denis Shapovalov. Novak Djokovic et Rafael Nadal devraient également y être. Seul bémol, Roger Federer a déjà confirmé son absence afin de reprendre des forces pour le tournoi de Cincinnati.

Partager cette publication

Laisser une réponse