L’AGED dit OUI à une grève le 5 novembre

Par Rodrigue Turgeon

 

Mercredi le 28 octobre 2015, 139 membres de l’Association Générale des Étudiants en Droit (AGED) se sont rassemblés en assemblée générale (AG), seize heures tapantes, afin d’exercer leur droit de vote sur l’opportunité d’une grève étudiante.

La faculté de droit de l'université de Sherbrooke n'est pas reconnue comme étant particulièrement friande de cette prise de décision collective. Le 27 mars dernier, cette même association avait rejeté une proposition de levée de cours.

 

Même pour les « Pros, c’est dur »

L’AG s’est ouverte avec des échanges procéduraux de haute voltige. Histoire, pour les jeunes loups-juristes, de faire montre de leurs compétences respectives en la matière. Un litige concernant le temps alloué à la plénière préalable au débat de fond sur la grève a rapidement transcendé la foule. Voici comme suit.

Une première intervenante a proposé à ses camarades que soient allouées 45 minutes à cette plénière. Un de ses pairs a subséquemment répliqué avec une révision de ce temps à la baisse pour 25 minutes. L’assemblée a donc débattu de cet amendement sous toutes ses coutures pour finalement l’accepter… 20 minutes plus tard.

Proposition de grève

Une fois la plénière achevée, une proposition de grève a finalement été présentée aux membres de l’AGED :

Il est proposé que l’AGED tienne une journée de grève, le 5 novembre 2015, en désapprobation des compressions budgétaires dans le réseau universitaire.

 

Que l’AGED exhorte l’administration de la faculté à s’assurer, comme il leur est possible de le faire, de ne pas perturber, par cette grève, la fin de la session actuelle.

 

Que les exécutants s’assurent de la disponibilité du transport vers Montréal.*

 

*Cette dernière phrase était jointe aux deux premières dans la proposition  initiale. Elle a rapidement été scindée des deux premières afin d’être traitée dans un deuxième temps.

Demande de référendum

Une intervention concernant la procédure de vote a ensuite fait surface. Il était question de tenir le vote par scrutin secret, non pas en AG, mais plutôt au local de l’association étudiante et ce, pendant deux jours « afin que tous aient l’opportunité de voter ». Après d’autres beaux échanges, cette proposition a été rejetée, la décision étant tranchée par une mince différence de 16 personnes.

Dès lors, le vote se devait d’être tenu en assemblée. La question reposait donc sur la forme de ce vote : à main levée ou par vote secret. Cette deuxième avenue avait été retenue lors de la dernière AG de cette association portant sur la question, le 27 mars dernier.

Cette fois, la demande de vote à main levée est passée sans heurts au-dessus de la barre des deux tiers requis.

Résultat final

L’assemblée a parlé.

75 pour

59 contre

4 abstentions

L’AGED ira en grève le 5 novembre, à Montréal. Mais comment ?

Transport

Le dernier point visait à déterminer si les membres de l’AGED désiraient demander à leurs exécutants d’évaluer la faisabilité de puiser à même les fonds de l’association étudiante pour organiser le transport. Sur ce point, les membres qui ne s’étaient pas déjà extirpés hors de l’amphithéâtre ont choisi de ne pas présenter la demande à leur conseil exécutif.

Les membres de l’AGED qui voudront aller en grève à Montréal sont donc priés de se débrouiller. En 2015, cela dit, le covoiturage n’est plus une option, c’est une nécessité.

Partager cette publication