imprimer cette article imprimer cette article

Categorized | Campus

L’AGEFLESH aurait dépensé 10 000 $ en frais d’avocat

Posted on 27 août 2012 by admin

Rectification: Par voie de communiqué, la FEUS a fait savoir que c’est elle et non l’AGEFLESH qui a payé la facture émise par la Clinique juridique Juripop. Cette décision a été votée lors d’une séance spéciale du conseil d’administration de la FEUS, le 20 avril dernier. Le CA avait alors donné son aval pour endosser une facture de frais d’avocat de l’AGEFLESH d’une valeur pouvant atteindre 15 000 $. Pour lire le communiqué publié par la FEUS, cliquez ici.

Au printemps dernier, à la suite de la requête en injonction déposée par des étudiants de l’Université de Sherbrooke désirant réintégrer leurs cours, l’Association générale étudiante de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH) a fait appel aux services d’un avocat pour sa défense. Une dépense de 10 000 $ qui n’a été approuvée ni en Assemblée générale ni au conseil d’administration de l’association.

Pierre-Luc Trudel

Manque de transparence à l’AGEFLESH? Le Collectif a mis la main sur une facture émise par la Clinique juridique Juripop et adressée à l’AGEFLESH. Dans le document, daté du 30 mai 2012, sont détaillés les honoraires d’un avocat, Me Michaud, ainsi que ceux de différents stagiaires et étudiants ayant travaillé avec l’association étudiante sur le dossier de la requête en injonction pour outrage au tribunal déposée contre l’UdeS et l’AGEFLESH en avril dernier. Au total, la facture s’élève à 10 000 $.

Charles Bhérer, trésorier de l’AGEFLESH, a expliqué que «le recours aux services d’un avocat s’était avéré nécessaire et que la décision avait dû être prise rapidement».

Dans les procès-verbaux des assemblées générales et des réunions du conseil d’administration, il n’est cependant nulle part question d’autoriser un budget de 10 000 $ pour des frais d’avocat. Selon toute vraisemblance, c’est donc le conseil exécutif de l’association qui aurait pris cette décision. Or, l’article 28 des règlements généraux de l’AGEFLESH stipule que «le conseil exécutif dispose d’un budget discrétionnaire d’un maximum de 100 $.»

Toujours selon Charles Bhérer, d’autres associations de l’UdeS auraient bénéficié des services de Me Michaud et de la Clinique juridique Juripop. C’est donc la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS) qui aurait réglé la facture.

Contactée par nos soins, la FEUS a pourtant été catégorique: elle n’a jamais vu, encore moins payé, une facture de frais d’avocat d’un montant aussi élevé. La fédération a ajouté que, de toute façon, son conseil d’administration n’aurait jamais autorisé une telle dépense.

Malgré nos nombreux appels, la Clinique juridique Juripop n’a jamais été en mesure de nous donner plus de détails sur la facture envoyée à l’AGEFLESH, mais a cependant confirmé que Me Michaud avait bel et bien travaillé sur le dossier de l’injonction à l’UdeS.

Une grève qui aura coûté cher

En plus de ces 10 000 $ de frais d’avocat, la grève de l’hiver aurait coûté 4 000 $ supplémentaires aux étudiants de l’AGEFLESH. Cette somme comprend des frais de transport, des frais liés à la participation aux différents congrès de la CLASSE, l’achat de matériel en tout genre (tissu rouge, chaînes, quincaillerie), l’achat de nourriture, etc. De plus, 650 $ supplémentaires ont aussi été dépensés pour les services d’un autre avocat, Me Makela.

Selon nos calculs, les dépenses totales de grève de l’AGEFLESH s’élèveraient donc à près de 14 000 $. Le budget alloué au fonds de grève, lui, était de 3 000 $.

Déjà lors de l’adoption du budget de l’hiver 2012 en assemblée générale le 7 février dernier, on s’inquiétait de la situation financière de l’association. Les étudiants présents avaient décidé de réduire de 500 $ les dons pour créer une marge de sécurité.

Les finances de l’AGEFLESH étant au plus bas, c’est même l’Association étudiante du cégep de Saint-Laurent qui a dû payer la cotisation d’adhésion à la CLASSE (1 000 $) pour la session d’hiver 2012.

Comments are closed.

show
 
close
: un nouveau réseau social québécois. via @JLeCollectif