Laurent Paquin, savoir plaire avec Déplaire

Par Virginie Roy

Laurent Paquin était au Centre culturel le vendredi 24 janvier dernier afin de présenter, en supplémentaire, son quatrième spectacle Déplaire. On peut dire que le public est, au contraire, ressorti complètement charmé par l’humoriste.

«La pire façon d’apprendre que ton meilleur ami couche avec ta blonde, c’est lorsque son pénis goûte ta blonde.» Laurent Paquin commence ainsi la soirée, sans chercher à ménager son public. Les 90 minutes qui suivront défileront, sans temps mort. Il abordera tout d’abord tout ce que l’on peut faire pour plaire et tout ce qui déplaît aux gens sans que l’on puisse y faire grand-chose. Sa réflexion à ce sujet est d’ailleurs plutôt intéressante : s’il est impossible de plaire à tout le monde, il est aussi impossible de déplaire à tout le monde! Il nous fait d’ailleurs remarquer que les tueurs en série reçoivent des lettres d’amour en prison…

Si l’humoriste de renom est revenu sur des thèmes récurrents de ses précédents spectacles, tels les sacres, son poids, sa calvitie ou le vin maison, il a tout de même su surprendre le public — de tous âges, d’ailleurs! — avec des punch lines bien placées. Laurent Paquin a ainsi parlé de sujets aussi disparates que le similipoulet ou le cliché de la serveuse travaillant dans un casse-croûte et du cuisinier «qui utilise la cendre de sa cigarette comme épice à burger». Mais l’un des moments forts du spectacle est sans contredit son numéro sur les blocs de glace qui se collent aux garde-boues, qui a fait crouler la salle de rire.

Laurent Paquin a démontré sa grande connaissance de la langue française à divers moments de Déplaire. Dès le début du spectacle, il a discouru sur la différence entre le sens premier de plusieurs mots et leur utilisation réelle. «Je suis allé jouer aux quilles hier, c’était génial… Depuis quand aller au bowling relève du génie?» Alors qu’il expliquait sa joie d’être assis, il a décliné les nombreuses expressions utilisant le mot «siège». Il fera la même chose avec les expressions avec le mot «mort» un peu plus tard, tout aussi adroitement. Des envolées oratoires brillantes.

L’humoriste a terminé son one-man-show avec une «partie poétique». Accompagné de son ukulélé, Paquin a chanté une dizaine de chansons, d’une phrase ou deux chacune, mais ne manquant pas de punch pour autant. Un classique attendu de ses admirateurs et qui est loin de les avoir déçus!

Première partie surprise

Nic Auclair n’était pas attendu sur les planches de la salle Maurice O’Bready, mais a su s’illustrer lors de la dizaine de minutes qu’a duré son numéro. Abordant les nombreuses règles divergentes du populaire jeu de cartes «trou de cul», le jeune humoriste a par la suite démystifié la raison de sa plus récente séparation : son TOC de miettes. «Elle a osé apporter des bagels aux graines de pavot», s’exclame-t-il. Une ouverture à la hauteur du spectacle qui suivait.


Crédit Photo @ Laurent Paquin

Partager cette publication

Laisser une réponse