Le canicross : quand Pitou devient compagnon d’entraînement

Le canicross est une discipline sportive que les maîtres réalisent en coopération avec leur chien. Comparable au cross-country, elle se pratique généralement en montagne ou dans les sentiers. Bien que ce sport existe depuis près de 15 ans, il a connu un véritable engouement au cours des 5 dernières années, si bien qu’il existe aujourd’hui plusieurs regroupements dédiés au canicross au Québec. Portrait d’une complicité entre l’humain et son compagnon canin.

Par Martine Dallaire

 

D’abord, qu’est-ce que le canicross ? 

Le canicross est un sport de type randonnée ou course, c’est selon, relativement accessible à tous, tant physiquement que monétairement. En plus d’être un sport en lui-même, il constitue une bonne base à d’autres sports attelés, comme le traîneau à chiens, par exemple. 

 

Un sport et une complicité à découvrir

Il faut d’abord, pour qu’une certaine symbiose s’installe entre le chien et son maître, respecter quelques principes de base pour éviter les blessures, dans un premier temps, mais aussi pour développer une activité où le propriétaire et son chien deviendront complices.

L’un de ces principes est de s’assurer que le chien est en mesure de fournir un tel effort physique et qu’il ne présente pas de conditions de santé préexistantes pouvant être aggravées par la pratique de l’activité, une exigence tout aussi importante pour son pendant humain. Il s’agit d’une activité physique de haute intensité qui, bien qu’elle développe les capacités cardiovasculaires, exige d’avoir un cœur en santé. De plus, il faut s’assurer que l’animal possède une bonne santé orthopédique et neuromusculaire. En cas de doute, il est recommandé de consulter son vétérinaire avant d’entreprendre ce sport.

 

Privilégier des conditions climatiques idéales et un bon équipement

Si la pluie ne constitue pas un frein à la pratique du canicross, il faut à tout prix éviter de courir lors des canicules, le chien étant sensible aux coups de chaleur. Le printemps et l’automne sembleraient être les saisons idéales. De plus, on insiste sur l’importance de se procurer le bon équipement tant pour soi que pour son chien. Le harnais s’avère un must à la fois pour être en symbiose avec son animal, mais aussi pour assurer sa sécurité. Pour le coureur ou randonneur, on suggère l’équipement de randonnée standard, adapté aux conditions climatiques. De bonnes chaussures, surtout, et une bonne bouteille d’eau pour vous et votre animal.

 

Le harnais, pas toujours facile à faire accepter

Habituer le chien au harnais peut parfois être difficile, car les chiens n’aiment en général pas se faire contraindre. Il vaut mieux faire quelques pratiques pour que votre bête apprenne à le tolérer et à l’associer à une activité plaisante à partager avec son maître. Il est recommandé d’offrir des récompenses au chien dès que l’on sort le harnais, mais aussi lorsqu’on l’enfile. Il faut y aller graduellement, car si les chiens aiment bien aller jouer à l’extérieur, ils ne doivent pas voir le harnais comme une punition. 

 

Respecter les limites de son compagnon

Comme l’humain, le chien a ses préférences et certaines limites par rapport aux sports. Tous n’aiment pas courir, mais avec de la pratique et présenté sous forme de jeu, le sport peut devenir bénéfique pour les deux protagonistes. Mieux vaut y aller de courtes périodes à la fois que d’épuiser le chien et risquer qu’il se blesse. Une autre manière de le motiver est de courir avec d’autres chiens, puisqu’il voudra suivre le groupe. De même, présentez-lui l’activité comme un jeu et évitez de le gronder s’il ne répond pas à toutes vos attentes lors des premières sorties. Vous risquez de le rebuter. Quelques friandises, des mots d’encouragement et quelques caresses le motiveront sans doute. 

 

Attention aux blessures 

Il est primordial d’éviter les blessures, car le canicross exige des efforts physiques aux deux membres de l’équipe. L’intensité de l’activité dépend du type de chien, tout autant que de sa condition physique et celle de son maître. En y allant progressivement, la relation entre l’animal et l’humain évoluera et, tour à tour, le chien et le maître joueront le rôle de coach et développeront une relation où ils seront davantage coéquipiers. 

 

En loisir ou en sport de compétition

Pour certains adeptes plus compétitifs, l’entraînement en sentier mène à une série de courses organisées aux quatre coins de la province. Certaines courses provinciales peuvent attirer jusqu’à 150 coureurs et, de façon générale, sont amicales et inclusives. Toutefois, mieux vaut maîtriser les commandements de base avant de se lancer dans la mêlée. Il faut savoir que plusieurs organismes québécois proposent aussi des ateliers d’initiation de quelques heures ; une belle façon de s’assurer que tout se déroulera de manière sécuritaire et confortable. 

 

Prenez garde au chien !

Finalement, voici une petite anecdote personnelle, prouvant qu’il ne faut jamais sous-estimer l’enthousiasme ou l’instinct canin et prendre certaines précautions. Si une laisse permettant d’attacher deux harnais à la fois semble bien pratique, rappelez-vous que certains chiens comme les huskies sont des chiens de tire et que ce n’est jamais une bonne idée de lâcher un gros Go ! Vous risquez de vous retrouver face contre terre bien rapidement. Mieux vaut y aller un chien à la fois… 

Partager cette publication

Laisser une réponse