Le couvent des sœurs de la Sainte-Famille s’apprête à faire peau neuve

Par Naïma P. Joyal

Un projet immobilier d’envergure s’apprête à voir le jour tout près du Campus principal de l’Université de Sherbrooke. En effet, le couvent Mont-Sainte-Famille, cet imposant édifice de pierre presque centenaire, situé au 1820, rue Galt Ouest, est sur le point de trouver un second souffle…

Un projet structurant

En 2015, le vaste immeuble construit en 1930 – maison mère de la congrégation des Petites Sœurs de la Sainte-Famille – a été mis en vente en raison des coûts de maintenance trop élevés pour la communauté qui ne comptait plus que 40 sœurs. Si le projet est approuvé par la Ville, la firme Services immobiliers First fera l’acquisition de l’immeuble et de ses 100 000 mètres carrés de terrain. Le couvent sera converti en immeuble à condo et vingt-trois bâtiments résidentiels et commerciaux seront construits autour de celui-ci afin de créer entre 350 et 450 appartements ainsi que des commerces de proximité. Estimé à 70 M$, le projet du Quartier Sainte-Famille vise à densifier le secteur, à améliorer l’accès au mont Bellevue et au campus de l’Université et à permettre à la Ville de collecter des taxes municipales.

Un quartier « vert »

Se targuant de « quartier vert », le nouveau complexe immobilier devrait compter environ 46 % d’espaces naturels, avec l’aménagement de placettes publiques et de nouveaux arbres, des stationnements camouflés par la topographie du terrain et un sentier multifonctionnel qui permettrait de faire la liaison avec le mont Bellevue et le campus. La Ville ferait également l’acquisition de quatre hectares de boisé afin d’en assurer la protection. Par ailleurs, la vice-rectrice à l’administration et au développement durable, madame Denyse Rémillard, a mentionné son intérêt pour le projet et a suggéré de mettre à profit des équipes de chercheurs de l’UdeS afin de favoriser l’intégration de technologies vertes au projet.

Consultation citoyenne

L’accueil du projet a été relativement enthousiaste lors de la rencontre d’information publique qui a eu lieu le 10 juillet dernier. Néanmoins, certaines préoccupations ont été soulevées parmi les 150 citoyens présents. La première concernait l’augmentation de la circulation. Effectivement, un ajout de quelques centaines de logements et de nouveaux commerces risque de créer des problèmes de congestion au coin des rues Galt Ouest, Marie-Léonie et Jean-Paul-II qui se trouvent juste devant le futur complexe immobilier. La directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, madame Caroline Gravel, est d’avis que cela ne pose pas de problème, car cette artère est en mesure d’absorber beaucoup plus de circulation. Cela reste donc à voir…

La deuxième préoccupation concernait la capacité d’absorption de ces nouveaux logements sur le marché locatif de la Ville. En effet, le taux d’inoccupation à Sherbrooke, oscillant généralement autour de 5 %, a atteint 6,4 % en 2016, alors que la moyenne provinciale se situe autour de 3,4 %. Selon Matthieu Cardinal, un des promoteurs du projet, le problème de l’inoccupation relève de la qualité du parc immobilier. Le Quartier Sainte-Famille permettrait d’attirer une nouvelle clientèle en proposant un milieu de vie stimulant et des logements attrayants, notamment avec leur grande fenestration offrant une vue panoramique. Cela soulève une troisième préoccupation, celle de l’accessibilité au logement. Normand Couture, coordonnateur de l’Association des locataires de Sherbrooke (ALS), s’interroge sur la pertinence du projet, puisque quelque 6 000 ménages consacrent 50 % et plus de leur revenu pour avoir un toit. Il y aurait donc avantage à développer le parc de logements sociaux.

Toujours sur la table

Le projet devrait être déposé à la Ville cet automne. En attendant son approbation, il est encore temps pour les citoyens de faire entendre leur voix que ce soit pour faire part de leurs préoccupations ou poser d’autres questions aux promoteurs.


Crédit Photo @ La Tribue

Partager cette publication