Le grand retour des partys prolongés est imminent

Par Rodrigue Turgeon

Ce lundi (19 octobre), la Fédération étudiante de l’université de Sherbrooke (FEUS) entendait bien régler une bonne fois pour toute la question du rétablissement des activités prolongées, suspendue récemment pour une durée indéterminée.

.

Une réunion attendue

Pour y arriver, la FEUS pouvait compter sur un solide document de propositions, conçu et adopté par son comité d’étude formé des vice-présidents externes de ses douze associations facultaires à la demande du Conseil des membres (CM).

« Ce n’était pas une réunion d’urgence », nous informe Nicolas Delisle Godin, porte-parole de la FEUS qui indique qu’étaient présents Mme Faucher, vice-rectrice à la vie étudiante, ainsi que le corps de sécurité de l’université et le service des immeubles. M. Vachon, président du conseil d’administration de la Société de transports de Sherbrooke (STS), ne faisait pas parti du nombre puisque la question du rétablissement du transport régulier des jeudis soirs ne devait pas être traitée lors de cette réunion.

.

Un grand pas vers le rétablissement des activités prolongées

Preuve de l’ouverture de l’université, Antoine Dulude, Responsable aux activités étudiantes de la FEUS, se réjouit de l’avancée du dossier. « On a présenté notre document de propositions pour les activités avec alcool et il n’y a pas eu de débat sur le fond de ces mesures, on s’est concentré sur leur mise en oeuvre. »

Il y a tout de même eu quelques dissidences exprimées par la sécurité. Les deux exécutants demeurent toutefois optimistes quant à l’adoption de l’ensemble de leur batterie de mesure. « Il faut qu’on leur prouve que ça va être fonctionnel », expliquent-ils.

Le Collectif a eu l’occasion de parcourir rapidement le document en question. Au-delà de la dizaine de solutions innovantes et toutes sensées aux premiers abords, il faut retenir que les traditionnels 6@minuits seraient remplacés par des 5@11.

De surcroît, ceux-ci se dérouleraient dans toutes les facultés à la fois - afin d’éviter les débordements -  à raison de trois fois par session.

.

De l’espoir pour la présente session

Rappelant qu’il régnait à la table des négociations « un climat d’entente, de consensus », la FEUS espère mettre en branle ses mesures le plus tôt possible. La fédération est même allée jusqu’à annoncer qu’elle prévoyait instaurer ses nouvelles mesures « dès cette semaine ».

Si tout le monde coopère aux mesures proposées par la FEUS, il n’est pas écarté que deux 5@11 puissent se tenir d’ici la fin de session. Dans le meilleur des mondes, le premier serait la semaine prochaine, jeudi le 29 octobre, sous une thématique endiablée d’Halloween.

Antoine Dulude, principal auteur du document des propositions, se chargera de rencontrer les vice-présidents sociaux et les membres organisateurs d’ici-là pour organiser la chose.

.

Influence sur le transport régulier de la STS

Il va sans dire que l’avancement dans ce dossier donne des armes à la FEUS dans son autre dossier de l’heure où elle tente entre autres choses de faire comprendre à la STS qu’elle prend très au sérieux sa responsabilité envers ses membres lors des événements impliquant de l’alcool.

« On est confiant que le rectorat puisse faire entendre raison à la société de transport. »

Les deux exécutants de la FEUS collaborant dans ce dossier sont allés jusqu’à plaider leur cause devant le Conseil municipal en espérant que le Maire fasse entendre raison au président de la STS afin qu’il rétablisse le service.

Lisez ici notre couverture de la séance du Conseil municipal de lundi soir (19 octobre).


© Rodrigue Turgeon

Partager cette publication