Le monde, un jeu de carte?

Par Joanie Dubé

 

Lors d’un lundi matin pluvieux, j’eu la chance de participer à un petit exercice aussi intéressant qu’étonnant. Dans le cadre d’un cours de psychologie interculturelle, Benoit Côté, professeur au département de psychologie, nous a tous distribué une carte à jouer au hasard. Il nous a ensuite demandé, sans plus d’explications, de faire des groupes à partir de celle-ci. Il y eu quelques regards confus entre les étudiants, puis toute la classe s’est levée et est partie timidement à la rencontre des autres. En quelques minutes seulement, diverses classifications avaient donné naissance à des groupes très disparates. Se tenant à côté d’un groupe d’une quinzaine de personnes regroupées sous l’enseigne du trèfle, un groupe de trois personnes était uni par le chiffre 9. Plus loin, un groupe formé de cartes noires et un groupe de cœur attendaient la suite.

L’objectif était de nous montrer qu’à tout moment, on peut décider de focuser sur nos ressemblances tout comme sur nos différences. On aurait d’ailleurs pu former un seul grand groupe si tout le monde avait tourné sa carte de l’autre côté. Pourquoi personne n’y a pensé? Bonne question! J’en profite ici pour souligner les méthodes pédagogiques de Monsieur Côté qui ne manquent pas de laisser une image forte et concrète des concepts importants.

Nous sommes, au final, tous porteurs de plusieurs cultures. Nous possédons une culture nationale, religieuse, linguistique, de genre, de génération, de classe, d’organisation, etc. Celles-ci, déterminantes de nos comportements, sont d’ailleurs continuellement en changement  pour s’adapter à l’ère du temps, aussi baptisée zeitgeist. À bien y penser, la diversité culturelle est un phénomène encore plus complexe qu’il ne prétend l’être.

Pour conclure, je vous invite à mettre l’accent sur les ressemblances qui nous unissent. Ne sommes-nous pas tous une carte essentielle au bon fonctionnement du jeu qu’est le monde dans lequel nous vivons ?

 

Partager cette publication