Le Noël sherbrookois des étudiants étrangers

Culture-claudie-creditparentdish.co.ukPar Claudie Bélisle-Desjardins

Peu importe la place accordée à la figure symbolique de l’homme à la barbe de neige, nous pouvons affirmer qu’il administre les présents à tous les enfants vertueux chaque Noël. Ce personnage mythique réussit toujours cet exploit grâce à son attelage de reines se déplaçant avec efficience dans la voûte céleste.

Mais si tout cela n’était que mensonges? Et si le père Noël se déplaçait en avion? Cela éluciderait les mystères entourant les retards et les délais auxquels certains malchanceux sont contraints de s’exposer. Bien que ce globetrotteur du temps des Fêtes visite une multitude de familles réunies, l’occasion n’est cependant pas offerte à tous.

De ce fait, certains étudiants immigrants et internationaux font l’expérience des premières vacances hivernales en sol québécois ou pour certains, des retrouvailles avec la neige et la féérie de cette période de l’année.

Même si c’est le temps parfait pour passer du temps de qualité avec les personnes importantes, un étudiant français en Sciences politiques qui, pour une troisième année consécutive, séjourne à Sherbrooke pour ce grand congé, s’avère tout de moins charmé par l’accueil et l’hospitalité des gens à son égard. Véritablement, un lien étroit s’est édifié avec son amie Priscilla, et il projette de passer ce temps en compagnie de la famille de cette dernière où « ça va être convivial puisque je suis considéré un peu comme leur fils ».

Pour ce dernier, FaceTime sera une courroie de transmission généreusement utilisée tout au long de la période, et plus précisément le 25 décembre au soir, « pour pouvoir partager ce moment significatif avec ma famille ».

La célébration de la fête chrétienne en commémoration de la naissance du Christ n’est toutefois pas commune à tous. Évidemment, la diversité culturelle affluant des 114 pays qu’accueille l’Université de Sherbrooke retrace diverses pratiques et croyances religieuses ou spirituelles dérivant du lieu d’origine de ces audacieux étudiants.

Notamment, un étudiant musulman en Histoire et Théologie natif de Marseilles profitera de ce temps afin de vaquer à ses occupations et loisirs, en plus de fréquenter ses amis. En ce qui concerne Noël et ses festivités, ce Français fraichement arrivé à la fin de la période estivale observera ces cérémonies sans toutefois en prendre part.

Voyant le Québec comme un El Dorado peuplé de citoyens civilisés et offrant des perspectives professionnelles supérieures à sa région d’origine, cet étudiant de nationalité française dit se plaire dans son nouvel environnement et envisage d’un très bon œil les prochaines semaines du mois de décembre.

Néanmoins, esquiver la question de l’absence de ce rassemblement familial ne ferait qu’exposer la pointe de l’iceberg que représentent les défis dans l’intégration universitaire et sociale auxquels ces étudiants étrangers doivent faire face.

Pour ces deux membres d’échanges étudiants internationaux France-Québec, la volonté de pouvoir s’entourer des êtres aimés est réelle et présente. Par contre, leur émigration provisoire ou permanente vers la province de la fleur de lys les empêche d’accomplir ce souhait.

Notamment, l’étudiant de Science politique confie que sa préférence de se réunir auprès de sa famille se fait sentir « cette année particulièrement, car ça fait trois Noëls que je passe ici. Bien que je reviens d’habitude pour l’été ou en mars, à cause de l’école, c’est plus ardu de rentrer à Noël. »

D’ailleurs, plus d’une centaine de résidents n’auront pas la chance de rentrer chez eux. L’équipe des résidences de l’Université de Sherbrooke a démarré un mouvement remarquable qui consiste en un recrutement « des volontaires pour accueillir un(e) étudiant(e) l’espace de quelques heures, que ce soit pour un brunch, un souper ou une sortie » pendant le temps des Fêtes.

Durant cette période de festivité, pourquoi ne pas faire atterrir un étudiant avec un bagage culturel incroyable afin de désengorger les aéroports et laisser l’homme bedonnant arborant son habit de fourrure rubis livrer les colis tant attendus? Pour ce faire, il est possible de contacter l’adresse suivante : vieresidence@Usherbrooke.ca.

 

 

Partager cette publication