Par Jasmine Godbout

Le souffle court, la tête enfin au-dessus des nuages et le son des cloches à vache en arrière-plan, je franchis les derniers mètres du mont Gorbeia, le plus haut sommet de la province d’Araba-Àlava au Pays basque. Les moutons broutent plus bas, au pied de la croix, et moi, je me tiens à la frontière entre cette province et celle de Biscaye.

Première capitale : Bilbao (Biscaye)

D’un côté de la montagne de 1481 mètres de haut se trouve le centre-ville de cette communauté espagnole : Bilbao, où a lieu ma session d’études. Bordée par une rivière, la ville regorge de vie. À toute heure de la journée, il est possible de s’accouder à une table d’un des 1001 cafés pour déguster des pintxos (petites bouchées basques) et un vin blanc, le txakoli. En soirée, c’est sur la rue Somera que les étudiants vont prendre un verre ; il n’est pas rare de voir des fêtards sortir des bars vers 6 h du matin.

Bilbao offre un mélange entre culture basque et espagnole, historique et moderne. Ici, les gens vivent à l’extérieur et les jeunes profitent des aires de jeux. Fière de son équipe de foot mais surtout de sa langue qui ne ressemble à aucune autre, la population est très accueillante. Difficile de s’imaginer que Bilbao a déjà été un port industriel avec son musée Guggenheim, son théâtre, sa gare, son Casco Viejo et ses nombreux espaces verts.

D’ailleurs, des possibilités de randonnées s’accumulent dans les terres au relief impressionnant. Monts ou sentiers côtiers sont souvent accessibles par métro, donc pourquoi ne pas profiter du beau temps pour explorer les environs ? Accéder au belvédère Artxanda en funiculaire pour obtenir une vue panoramique sur la ville est aussi une bonne option. Merci aux efficaces et divers transports en commun qui rendent les déplacements abordables.

Entre les deux rives, le fameux pont rouge, le Puente de Vizcaya, permet la traversée de Portugalete à Getxo en quelques minutes dans une capsule suspendue. Une fois dans le village portuaire, une promenade qui longe deux plages d’un côté et un quartier de remarquables habitations de l’autre est agréable. Puis, une randonnée de quelques heures sur les falaises du sentier Punta Gela mène aux populaires plages près de Sopelana.

Deuxième capitale : Vitoria-Gasteiz (Àlava)

De l’autre côté de la frontière, à 60 km de Bilbao, se trouve la municipalité de Vitoria-Gasteiz, qui charme par ses nombreuses cathédrales et ses quartiers historiques. Après l’inspiration de l’art de rue et les peintures sur grandes murales, une visite au musée d’art contemporain basque, l’Artium, est tentante. Sinon, rendez-vous à la réserve naturelle du Parc de Salburua, où l’Anillo Verde (anneau vert) donne une valeur écologique à la principale zone récréative de la ville.

En plein milieu des terres basques, la ville, à son réveil, devient de plus en plus dynamique. Située à une heure du mont Gorbeia en voiture, Vitoria-Gasteiz mérite une visite d’au moins une journée. Pour se rapprocher du mont, une nuit dans une casa rural ou une auberge de campagne n’est pas de refus.

Troisième capitale : San Sebastian (Guipuscoa)

La province de Guipuscoa, la plus à l’est des trois, est le berceau de la ville touristique de San Sebastian. Son point central : la grande plage de la Concha, devant laquelle baignent une île et des voiliers. Avant de s’y poser, il est possible de monter à la statue qui surplombe la ville par un sentier aménagé. D’ici, on aperçoit sur l’autre rive le parc d’attractions antique, le Monte Igueldo dans cet accord entre mer et montagne typique du Pays basque.

Pendant le Festival du film, la vie culturelle bat son plein. Des projections, des conférences, des tapis rouges ont lieu à divers endroits au centre-ville. Beaucoup de locaux et de touristes s’y déplacent pour l’occasion et des curieux tentent d’apercevoir leurs acteurs favoris, dont Penelope Cruz, présente cette année, lors des séances photo.

Dans le quartier historique, les boutiques d’art et de design attirent l’œil, de même que les multiples restaurants et bars. À essayer : la tarta de queso, un dessert basque bien différent du classique gâteau au fromage. Puis, qui sait sur quel autre endroit alléchant on pourrait tomber ? Une crêperie québécoise, eh oui ! Moment de nostalgie et plein de sirop d’érable.

Un pas en Cantabria : Santander

Lieu idéal pour admirer à la fois la ville et la mer, Santander se trouve dans la région de Cantabrie, sur la côte nord espagnole. L’architecture du nouveau centre culturel Botin promet des photographies spectaculaires du haut des balcons perchés au-dessus de l’eau. À la vue des embarcations qui voguent dans la baie, l’envie vous prendra peut-être d’embarquer à bord d’un des trois-mâts.

Le samedi, c’est au marché public que les habitants font leurs emplettes : poisson, fruits et légumes, fleurs, viandes et fromages, tout y est ! Puis, une promenade, en longeant la plage, jusqu’au Palais de Magdalena vaut vraiment le détour. Petit conseil : pensez à manger avant, il n’y a pas de cafés sur la route ! En après-midi, alors que les commerces ferment entre 14 h et 17 h environ, un arrêt à l’une des plages paisibles devient essentiel.

Outre ses capitales, le Pays basque, avec ses villages pittoresques et ses paysages bucoliques, a encore beaucoup à offrir. Du sommet d’un mont, dans un café local, dans un bus de banlieue vers une destination à explorer, le rythme de la vie espagnole se déploie pleinement.


Crédit Photo @ Jasmine Godbout, Lucie Bondil

Partager cette publication

Laisser une réponse